Reboot du plus vieux forum RPG sur Fairy Tail de France, je parle bien sûr de Fairy Tail World RPG
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

[Rp à Thème] Argh mousaillon !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Raziel Starkiller
Damoclès
avatar

Damoclès


102 messages.
Inscrit le 19/05/2014.








Feuille de personnage
Age du Personnage:
Expérience:
299/400  (299/400)
Points de Réputations:
10000/10000  (10000/10000)



MessageSujet: [Rp à Thème] Argh mousaillon ! Jeu 31 Juil - 1:04



Ah, Hargeon, petite bourgade portuaire de la mer au sud de Fiore. Elle permettait aux marchands d’importer et d’exporter différentes cargaisons de par le monde. Raziel et Ellana déambulaient dans les rues bordées d’arbres en direction de vieux port, le lieu le plus mal famé de la ville. Pourquoi allaient-ils là-bas ? Eh bien, non pas pour se détendre en frappant du malfrat, mais ils étaient à la recherche d’indice.

Selon certains témoins, des cargaisons venant de la mer partaient en direction d’Era, le tout de nuit. Ces convois étaient clairement pour Ultima Nova, mais de quoi étaient remplies ces cargaisons ? C’était ça qui importait et les deux collègues étaient là pour le savoir.

Forcément, qui dit marchandise venant de la mer, dit port. Et rien de tel qu’Hargeon pour commencer des recherches. Beaucoup d’habitants de la ville vivaient des produits de la mer, pêcheur, marin et surtout contrebandier et pirate. Oui, parfaitement, pirate ! C’est d’ailleurs avec ces habitants aux occupations peu légales que Raziel et Ellana auront leurs réponses.

Dans ce quartier d’Hargeon, le temps lui-même semblait s’être arrêté au moins cinquante ans en arrière. Des bâtiments aux peintures écaillées, des nids de poules dans les routes pavées et même les gens semblaient habiter aussi en X734. Des robes longues avec armature et corset au décolleté plongeant pour les femmes et des chemises à manche bouffante et autre pantalon moulant et sombre pour les hommes. Certains avaient même des tricornes !

Ils avançaient vers ce qui ressemblait à une taverne, quand deux hommes se plantèrent devant Ellana qui était à 3 mètres derrière Raziel.

Salut ma jolie ! Tu veux boire un verre avec nous ? Demanda l’un d’eux avec un sourire se voulant enjôleur.
Hum ? Lâcha la jeune femme qui semblait encore sur la lune.
Allez viens ! On va s’amuser !
Ouais, ça va être cool, viens avec nous ma belle. Surenchérit le second.
Ils veulent quoi les deux tocards ? Demanda Raziel qui était derrière les deux prétendants d’Ellana.

Ils se retournèrent comme un seul homme et se retrouvèrent devant un buste puissant. En levant la tête, ils virent le visage peu aimable de Raziel. Leurs mâchoires tombèrent et l’un d’eux eut du mal à articuler.

Ri… Rien monsieur. On vous… Vous laisse avec votre dame.

Les deux partirent sans demander leur reste. Ils détalaient presque de peur que le Balafré s’amuse à fracasser leurs crânes ensemble.

Ils voulaient quoi les blaireaux ? Questionna Raziel à Ellana.
Euh, je crois qu’ils voulaient me draguer, mais je n’ai pas trop suivi.
OK, bref ! On commence dans le bar là-bas et on voit ensuite.

Elle acquiesça d’un hochement de tête et ils partirent vers la taverne aux portes battantes. À l’intérieur, plusieurs clients étaient présents, certain étaient devant le bar en face de l’entré, d’autre assis autour de table à siroté un verre ou jouait aux cartes. Sur la droite du bar se trouvait une scène où des femmes dansaient au son du piano qui jouait seul sur le côté de l’estrade.

Raziel et Ellana commandèrent deux bières et s’assirent à une table. Pendant qu’ils buvaient, les compères laissèrent leurs oreilles vagabonder, histoire de voir si un bavard savait des choses sur ces convois.

Plusieurs minutes s’égrenèrent et aucun résultat. Ils allaient partir. Quand un homme, accompagné de deux femmes qu’il tenait par la taille, entra. L’individu portait des lunettes de soleil avec des cheveux courts blonds, un sourire satisfait sur le visage, il avait sur le dos un étrange gilet rose fluo fait de plume, sans rien en dessous et portait aussi un pantacourt noir moulant. Ils avançaient vers le bar et il parla fort.

Barman ! Je veux la meilleure bouteille de champagne que ton bouiboui possède !

Sans attendre une réponse ou même sa commande, sa clique et lui-même allèrent s’assoir à une table dans le fond de la salle. Le barman à la mine patibulaire, leur apporta la bouteille et trois coups. L’homme en rose fluo lança une bourse que le serveur attrapa au vol. Il l’ouvrit, sembla satisfait de son contenu et repartit à son poste. Raziel et Ellana se concentrèrent sur ce nouveau venu qui semblait prometteur.

Les filles. Je suis un homme riche ! Et ça, rien qu’en ayant acheminé une cargaison entre Fiore et Era !

Bingo ! Cet homme devait être au courant de quelque chose. Un voyage comme ça ne pouvait être anodin. Surtout avec l’invasion d’Ultima Nova. D’un habille jeu de regard et de sourcils, Raziel fit comprendre à Ellana d’aller à sa table pour lui tirer les vers du nez. Elle comprit rapidement et la jeune femme se leva. Ellana avança vers la table du futur indicateur en faisant rouler ces hanches, une lueur charmeuse dans son œil. En plus d’être bavard, il semblait stupide. L’homme n’avait pas remarqué qu’elle était là avec un autre homme. Il congédia les deux autres femmes pour rester seul avec Ellana, il était tombé sous le charme. La conversation entre eux n’était pas audible pour Raziel, mais Ellana devait être très convaincante. Car quelques minutes plus tard, elle sortit du bar avec à ces côtés l’homme aux lunettes noires. Le Balafré paya les consommations et partit à leur poursuite.

Il les fila pendant un temps, restant à plusieurs mètres d’eux pour ne pas être découvert, mais l’homme ne semblait pas sur ces gardes et suivait la jeune femme comme un petit toutou. Ah le pouvoir des femmes sur les hommes.

Le couple bifurqua dans une ruelle à l’abri des regards indiscrets, un lieu parfait pour un interrogatoire quelque peu musclé. Raziel pressa le pas et arriva dans la ruelle. C’était un cul-de-sac et le Balafré trouva l’homme au gilet rose au sol se tenant l’entrejambe. Il semblerait qu’Ellana s’était occupée de lui d’une manière plus… brutale que sensuelle. Raziel avança vers eux, la jeune femme le regarda avec un sourire satisfait sur les lèvres.

Humf. Dit Raziel, ce qui voulait dire dans son langage « bien joué ».
Merci chef ! Répondit-elle avec un ton joyeux.

À force de le côtoyer, Ellana comprenait cet étrange langage rempli d’onomatopée et autre gargarisme. Le Balafré se baissa pour faire face à l’homme blessé dans son amour propre.

À nous deux, le flamant rose.
Qui… qui êtes-vous ? Des voleurs ? Demanda le fameux flamant dans un ton alliant souffrance et panique.

BIM ! Le poing gauche de Raziel rencontra le nez de l’homme.

Ça, c’est pour nous avoir traités de voleurs et tu vas avoir la même si tu ne me réponds pas. On veut en savoir plus sur la cargaison qui t’as fait devenir riche.
Je… Je ne dirais rien !
Mauvaise réponse.

RE-BIM ! Encore une fois, le poing métallique du Balafré rencontra la figure de l’homme aux lunettes, qui était brisé et aussi saignait abondamment du nez.

Je te préviens, débile. Si tu restes sur ta position, je vais prendre un malin plaisir à continuer de te frapper.
D’accord ! Je vais tout vous dire ! Je suis capitaine d’un navire et on m’a demandé de faire le voyage entre Fiore et Pergrande pour le faire, on m’a donné une énorme somme d’argent. Je devais aussi être très discret !

Ça, C’est raté blaireau ! Où tu devais amener cette cargaison ? Ici ?
Non*sniff* Monsieur. À l’estuaire du fleuve Orgual, *sniff*dans un village portuaire qui abrite des contrebandiers et des pirates, comme dans ce quartier.*sniff sniff* C’est là-bas que j’ai amené la cargaison, des chariots attendaient *sniff* déjà quand je suis arrivé. Ils ont récupéré les caisses, *sniff*m’ont payé et c’est tout. M’en frappait plus, s’il vous plait !
Je te crois, mais j’aime bien te frapper.
N… Non! Pas ç…

Trop tard, le Balafré frappait déjà à la tempe l’homme au nez cassé qui s’évanouit.

Vous auriez pu le laisser conscient, non ? Demanda Ellana
Ouais, mais vu comment il aime ouvrir la bouche, notre mission ne serait plus dans la discrétion.
D’accord. On fait quoi de lui du coup ?

Raziel réfléchit un instant en observant les alentours. Une grosse benne à ordure était dans le fond du cul-de-sac.

On le fout là-dedans et on ira demander au poste du Conseil de la ville de le mettre au frais quelque temps. On y va maintenant.

Ellana acquiesça et ils partirent de ce quartier, direction l’estuaire de l’Orgual.


__________
J'écris en #613043 et Ellana en #6600cc


Dernière édition par Raziel Starkiller le Lun 4 Aoû - 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raziel Starkiller
Damoclès
avatar

Damoclès


102 messages.
Inscrit le 19/05/2014.








Feuille de personnage
Age du Personnage:
Expérience:
299/400  (299/400)
Points de Réputations:
10000/10000  (10000/10000)



MessageSujet: Re: [Rp à Thème] Argh mousaillon ! Lun 4 Aoû - 22:40



Plusieurs de jours de voyage plus tard, ils arrivaient en vue de l’Orgual et trouvait le village qu’ils recherchaient. La lune était haute dans le ciel et pas un seul nuage n’était présent pour cacher sa vue. La bourgade se composait de plusieurs maisons faites de bois et de pierre rongée par l’iode et les embruns de la mer non loin, mais le plus important dans ce lieu se trouvait au large. Une dizaine de navires mouillaient au loin et au vu des pavillons, ils ne faisaient pas partie de la marine du pays et encore moins à des marchands. Un petit port était également présent, permettant aux marins de débarquer et se détendre dans le village ou pour trouver du travail plus ou moins légal.

Une fois arrivé à l’intérieur du village au nom inconnu, il restait à Ellana et Raziel la tâche de découvrir qui peut bien convoyer ces fameuses cargaisons. Cette mission commençait déjà à être trop longue pour le Balafré et il voulait la finir au plus tôt, mais avec aucune personne dans les parages et la discrétion de mise, cela n’allait être difficile. Les marins devaient tous être à la taverne, une belle bande de poivrots. Ils n’allaient pas rentre à l’intérieur et frapper toutes les personnes présentes pour avoir ces infos, bien que cette idée plaisait à Raziel. Ce n’était pas discret. Ils attendirent dans une ruelle sombre qui donnait sur l’entrée du bar, qu’une personne sorte seule. Ellana et Raziel restèrent silencieux pendant cette attente qui dura plus de deux heures.

Un homme, fortement alcoolisé, sortit et avança avec la démarche subtile d’un éléphant et avec l’équilibre d’un nouveau-né, se servant d’un mur pour rester debout et avancer vers sa destination. Une proie facile pour un autre interrogatoire musclé. Ils le suivirent un peu et quand il tourna dans la rue perpendiculaire, Ellana et Raziel lui tombèrent dessus. Le Balafré le souleva et ils se cachèrent dans un coin sombre entre deux maisons.

L’alcoolo, t’es un marin ? Demanda Raziel qui maintenait l’homme contre le mur.
Ou … Ouip. Répondit-il en retenant le vomi qu’avaient généré ces brusques secousses.
T’es au courant de quelque chose sur les marchandises venant de Pergrande ?
Ouip ! Mais je dirau ren… Rien ! Lança l’homme en ricanant, envoyant par la même occasion, son haleine charge d’alcool sur Raziel.

BIM, BOUM ! Une paire de claques plus tard, l’alcoolique semblait plus enclin à répondre.

Oh là ! Pourquoi tant de violence ? J’ai ren fait pur, pour ça ! Va voir Hans Duo à la tarvene. Lui aus hic ! Aussi, il demandre des trucs désus. Va svroir prourquoi !

Raziel le lâcha et l’homme continua son chemin en titubant.

Lui, vous ne l’assommez pas ? Demanda Ellana.
Non, il est tellement bourré qu’il ne se rappellera de rien demain. On va à la taverne, chercher ce Hans Duo et vois ce qu’il a à nous dire.

Ils rebroussèrent chemin et entrèrent dans le bouiboui. À l’intérieur, la salle était bondée d’hommes et de femmes chantant, dansent et surtout buvant. Deux serveuses se baladaient de table en table, desservant et remplissant les chopes vides. Raziel s’approcha du bar et demanda au barman grisonnant.

Le vieux, je cherche un certain Hans Duo. Il est où ?
Et pourquoi vous le cherchez ? Rétorqua le barman sur un ton méfiant.
Qu’est-ce ça peut te foutre ? Dis-moi où il est et basta. Je ne te demande pas pourquoi tu restes dans un village aussi pourrit, non ? Alors, tu la fermes et tu me montres où il est !

Le vieux barman observa Raziel un temps et ces yeux se posèrent sur Naglhring. Il déglutit difficilement, sans doute en s’imaginant après un coup de cette épée et pointa de l’index le coin opposé du bouiboui. Le Balafré regarda et vit deux hommes assit qui semblaient en pleine discutions. Les deux compères se frayèrent un chemin entre les tables et les clients pour arriver à leur destination. Les deux hommes étaient tellement plongés dans leur échange, qu’ils ne remarquèrent pas Raziel et Ellana. Le Balafré s’asseyait à leur table sans demander quoi que ce soit. Surpris de voir une personne s’inviter comme ça, l’un des deux hommes lui demanda.

Je peux faire un truc pour toi l’ami ?

L’homme qui avait parlé avait les cheveux blond mi-long, des yeux bleus et un menton carré. Il devait plaire à la gent féminine et le savait au vu du sourire charmeur qu’il lança à Ellana.

Oh, mais je n’avais pas vu cette charmante demoiselle.

Un compliment qui ne fit pas mouche, car Ellana était encore une fois perdue dans ces pensées. Raziel claqua des doigts pour avoir l’attention du blondinet.

C’est toi Hans Duo ? Questionna Raziel.
Et qui le demande ? Rétorqua l’homme.
Pourquoi tout le monde demande ça !? Lança Raziel en regardant Ellana encore sur la lune. Il reprit en regardant son interlocuteur dans les yeux. C’est sa mère qui m’envoie, elle lui a fait des endives aux jambons et il doit retourner chez lui.

Le blondin avait rapidement fait disparaitre le sourire qui était sur son visage.

Dommage qu’elle soit morte avant que je ne puisse les manger.
Donc c’est toi. Dit Raziel sans relever le ton froid de Hans. On m’a dit que tu avais des infos sur les marchandises qui transitent entre Pergrande et ici.
Après le manque de respect dont tu as fait preuve. Tu crois que je vais gentiment te donner ce que tu veux ? Lâcha Hans d’une manière très agressive et en mettant sa main sur son arme.
Si tu ne me dis rien. Ta tête va gouter à toutes les tables présentes dans la taverne et en prime, la maison d’en face. Répliqua Raziel avec une expression sur le visage qui voulait dire « vas-y tente un truc et je te détruis »

Hans observa pendant quelques secondes Raziel et surtout son regard pour voir s’il bluffait, mais il semblait bien capable de le faire. Le blond leva les mains, paume visible vers le Balafré.

OK, OK ! Calme, je vais te dire ce que je sais. Des gus en noir viennent ici, recrute des équipages, jamais les même et les paye une fortune.
Pourquoi jamais le même navire ? Ça serait plus sûr non ?
Oui, mais bizarrement, une fois la livraison effectuée ces marins disparaissent dans des accidents très étranges. Je pense que c’est ces types en noirs qui les tues pour garder le secret et récupérer une partit de la récompense qu’ils offrent.
Pourquoi tu t’intéresses à cette histoire ? Tes potes pirates sont morts ?
Non, c’est le profit ! Lança Hans. Si ces mecs payent une fortune pour une livraison, ça veut dire qu’elle doit valoir encore plus ! Avec ça, je pourrais tirer ma révérence et prendre ma retraite, mais y un problème. À chaque voyage, ils mettent un ou deux mages en plus pour sa protection et contre ça, on ne fait pas le poids. Aucun des membres de mon équipage n’est mage.
Génial l’ambition pourrit. Et avec cet argent tu vas pouvoir faire ta retraite sur une ile loin d’ici, c’est ça ?
Comment tu sais !? S’étonna Hans Duo.
Parce que t’es un mec simple qui pense à lui avant tout. Bref, je pense qu’on pourrait s’aider mutuellement. Nous sommes mages et on s’intéresse aux cargaisons aussi, mais pas pour un truc aussi nul que le pognon.
Cette fois, c’est à moi de te demander pourquoi tu t’intéresses à ça ? Parce que là, je ne comprends pas. Demanda Hans en ne remarquant pas l'insulte.
Je veux voir ce qu’il y a dans ces foutues caisses. Tu n’as pas besoin d’en savoir plus. Répondit simplement Raziel.
OK, tu ne veux rien dire. Très bien. En ce moment, il y a une livraison en cours. Si on se dépêche, on pourra les cueillir.

Raziel accepta la proposition et ils partirent de ce bouiboui. Direction le port.

__________
J'écris en #613043 et Ellana en #6600cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raziel Starkiller
Damoclès
avatar

Damoclès


102 messages.
Inscrit le 19/05/2014.








Feuille de personnage
Age du Personnage:
Expérience:
299/400  (299/400)
Points de Réputations:
10000/10000  (10000/10000)



MessageSujet: Re: [Rp à Thème] Argh mousaillon ! Lun 18 Aoû - 21:56



Ils embarquèrent sur un frêle esquif, qu’on peut aussi appeler barque. Hans et son muet d’amis prirent les rames pour les amener sur leur navire. Pendant le trajet, il n’y eut d’une seule parole échangée.

J’ai oublié… De vous présenter … Barracca, mon second. Dit Hans en ramant. Il est … Très timide et ne parle … Qu’avec les membres ... De l'équipage .

Après quelques minutes d’effort de la part du capitaine et de son second. Ils arrivèrent au bord d’un bateau. Il était long d’une vingtaine de mètres avec trois mats, dont le plus haut, culminait à sept mètres et avait une figure de proue en forme de rapace, un aigle, semblait-il. Une fois arrivé sur le côté du navire, l’équipage à bord lança des cordages pour remonter la barque. Une fois à bord, Hans Duo leva les bras en signe de bienvenue.

Voilà l’Aigle Centenaire ! Le meilleur vaisseau de la mer du sud.
Ce vieux rafiot ? Le meilleur ? Fout toi ma gueule ! Je suis sûr que n’importe quel navire du Conseil peut le dispenser sans problème. Rétorqua Raziel et baladant son regard un peu partout sur le bateau.
Ne croit pas ça, il a mis dans le vent bon nombre des navires de la marine royale. C’est bien le plus rapide de tous. Dit fièrement Hans. Venez dans ma cabine, vous pourrez vous y reposez. Barrie va s’occuper de nous faire lever l’encre.

Ils suivirent Hans qui passa une porte entre deux escaliers qui menait à la passerelle où se trouvait le gouvernail et Barracca qui aboyait des ordres pour faire mouvoir le navire. C’était la première fois, depuis leur rencontre, qu’il ouvrait la bouche. Une chose que Raziel se fichait royalement en entrant à la suite de Hans dans sa cabine, Ellana sur ces talons.

L’intérieur jurait totalement avec le reste du vaisseau, des moulures dorées finement travailler serpentaient sur le bois sombre de la pièce. De lourds rideaux rouge sombre étaient accrochés devant les trois fenêtres en face de la porte permettant d‘occulter le soleil. Un bureau était devant cette baie vitrée, il semblait être fait du même bois sombre que les murs avec également des dorures comme fioriture. Un imposant fauteuil doré au coussin écarlate était juste derrière. Sur la gauche de la salle, il y avait tout un bric-à-brac que Raziel ne pouvait identifier clairement, au vu des innombrables objets présents. De l’autre côté se trouvait un lit à baldaquin avec des tentures vermeil également.

On dirait que tu détestes le rouge. Ironisa Raziel.
Oui, ça fait ressortir mes yeux. Lança Hans sans faire attention à la boutade. Bref, reposez-vous ici. Je viendrais vous chercher quand on aura le navire en question en vue.
Comment tu vas savoir que c’est le bon ? Demanda le Balafré.
Le fanion du Riccoa, je le connais. C’est une hydre violette sur fond noir.
OK. Maintenant, tire-toi.

Hans regarda Raziel dans les yeux, une lueur de colère traversa ces yeux, mais son visage resta fermé. Sans un mot sur le comportement du Balafré ou encore une quelques techniques d’approche à Ellana. Sans doute pensait-il qu’ils étaient ensemble ou bien l’ignorance qu’avait fait preuve la jeune femme quelques heures plutôt lui avait suffi. Le contrebandier sortir en claquant la porte. Raziel se balada dans la pièce avant d’aller s’assoir sur le fauteuil, posant ces jambes sur un côté du bureau et Naglhring sur l’autre côté. Ellana, assisse sur le lit avait une question qui lui trottait dans la tête.

Vous lui faites confiance ?
Bien sûr que non. La seule raison pour être ici, c’est qu’il a un bateau et sait des trucs sur les cargaisons pour Ultima Nova. Un mec qui pense qu’au pognon n’est forcément pas fiable. Je suis sûr qu’il vendrait sa mère pour dix Jewels.
Nous reposer serait donc une mauvaise idée, c’est ça ? Demanda-t-elle avant de pousser un soupir. Ce lit avait l’air des plus confortables. Ellana testa le matelas en sautillant sur place. Dommage.
Si, on va juste faire des tours de garde toutes les deux heures on se relaiera. Je prends le premier tour.

Elle acquiesça avec un immense sourire de joie sur les lèvres et sans demander son reste, s’allongea pour glisser dans les bras de Morphée. La nuit était déjà bien avancée, il était normal qu’elle soit fatiguée, Raziel l’était également, mais il pouvait attendre quelques heures pour se reposer.

Le soleil était haut dans le ciel quand la porte de la cabine s’ouvrit. Raziel qui se reposait se réveilla directement, la main sur Naglhring qui était posé juste à côté du lit. Ellana était assise sur le fauteuil, en train de lire un livre qu’elle avait trouvé dans le bric-à-brac qui était dans la pièce.

Le Riccoa est en vue à tribord. Dit Hans Duo en passant la tête par la porte.
Ce n’est pas trop tôt. Enfin, de l’action ! Lança Raziel en se levant.

Il installa son épée sur son dos et sortit derrière Ellana. Les coéquipiers regardèrent à droite et virent un autre bâtiment. Ce n’était pas finalement pas une embuscade de Hans et ces hommes pour les voler ou autre chose étrange qui pourrait passer dans la tête d’un homme faisant tout pour le profit. Barracca tendit une longue vue au Balafré. Il regarda le fanion, c’était bien l’hydre violette sur fond noir.

On fait quoi maintenant ? On fonce sur eux en leur foutant les miquettes ? Railla le Balafré.
Toi, tu dois juste t’occuper des mages à bord du Riccoa. Pour le reste, laisse nous faire, on sait quoi faire. Répondit Hans, affichant un sourire énigmatique avant d’aller au gouvernail.

Il vociféra des ordres à son équipage que Raziel ne comprenait pas vraiment, mais tout ce manège permettait à l’Aigle Centenaire d’avancer en direction de l’autre navire à vive allure. Il fonçait droit dessus, Raziel se cramponnait au bastingage, se préparant au choc que la rencontre allait engendrer. Hans tira d’un coup sec sur le gouvernail et le navire vira de bord pour que les deux bâtiments soient au coude à coude. Le Balafré entendit des portes coulissées au-dessus du fracas de l’eau sur la coque.

Feu à volonté ! Hurla Hans.

Un bruit assourdissant, des vibrations de toute part, une odeur de poudre et une fumée s’élevant en spirale. Voilà ce que donnent quinze canons qui envoient des boulets de fonte sur un autre navire, les débris volaient, des cris de douleurs s’élevaient du pont du Riccoa. Ces derniers semblaient encore sous le choc et avaient perdu leurs sang-froid. Monumentale erreur. Une seconde salve partit de l’Aigle Centenaire visant au-dessus du bastingage fauchant homme et surtout le mat principal. Dans un grincement horrible, le bois craqua et le mat tomba sur le côté. La voile trempant dans la mer, immobilisant ainsi le voilier. « Pour des pirates, c’est plutôt des branquignols. Même pas foutu de répliquer » Pensa Raziel.

Les hommes d’Hans présent sur le pont lancèrent des grappins et arrimèrent le Riccoa dont les hommes restants avaient tiré les armes, prêts à en découdre avec l’équipage de l’Aigle Centenaire. Des hurlements de guerre s’élevèrent de chaque côté et quand les deux navires furent suffisamment proche. Hans lança un ordre.

À l’abord…
À l’abordage ! Hurla Raziel en sautant sur le Riccoa.
Et c’est à moi de dire ça !

Une phrase dans le vide, car les cris de guerre allaient de plus belle. À peine le Balafré avait mis un pied sur le navire, que deux marins à la mine peu avantageuse foncèrent sur lui, sabre au poing. Le plus proche abattit son sabre de manière verticale, un simple pas en arrière de la jambe droite pour se mettre de profil suffit à Raziel pour esquivé le coup et mettre la main sur la garde de Naglhring. Le second homme fit un coup horizontal en direction du coup de Raziel, mais percuta son bras un métal. D’un mouvement, le Balafré tira son arme et frappa horizontalement. Le premier homme eut le réflexe de faire un pas en arrière, le second par contre se retrouva coupé en deux. Ce tour de force fit réfléchir les marins du Riccoa, car à présent ils tournaient autour de Raziel cherchant un point faible dans sa garde.

Ils étaient faibles et un aucun d’eux ne pourrait valoir un combat intéressant, les deux mages par contre ça pourrait être intéressant, mais pour l’instant personne en vus. Ils devaient être dans la cale à côté de leurs précieuses marchandises. Un autre marin tenta sa chance en forçant sur le Balafré, l’épée devant lui. Une parade et un coup plus tard, il se retrouvait dans le même état que son ancien compagnon. Raziel s’autorisa même de regarder comment Ellana se débrouillait dans son combat. Elle avait deux adversaires contre elle, mais pourtant c’était eux qui étaient en difficulté. Elle virevoltait pour esquiver, se fendait pour toucher. Elle se servait aussi du long ruban de soie pour faire tournoyer son arme autour d’elle. On aurait dit un feu-follet.

Un autre fou fonça sur Raziel qui n’eut pas le temps d’esquiva le coup en direction de son visage. Une estafilade naquit sur sa joue. Raziel envoya son poing gauche dans le visage de son assaillant tellement fort qu’il s’envola par-dessus le bastingage. Hans arriva enfin sur le Riccoa, il avait à la main droite un sabre d’abordage et dans l’autre un pistolet d’un autre temps.

Ce n’est pas pour ça que vous êtes là tous les deux. Allez vous occuper des mages dans la cale !
Ferme là ! On n’est pas tes larbins ! Réprimanda Raziel. Ellana, on y va. J’en ai plein le cul du brushingé et de sa clique.

Sans attendre une réponse, Raziel s’avança vers une trappe non loin de lui, l’ouvrit et descendit dans les entrailles du navire. À l’intérieur, il faisait sombre et seuls des rais de lumière passant par les interstices du plafond et les petits hublots qui étaient présents çà et là, permettait de voir dans la cale. Aucun canon n’était présent, ils avaient été sous doute enlevé pour laisser plus de place pour les caisses qui étaient stockées ici. Elles étaient de toutes tailles et de toutes formes, mais impossible de savoir ce qu’elles contiennent sans les ouvrir et avoir mis hors d’état de nuire les deux mages qui était en face de Raziel.


__________
J'écris en #613043 et Ellana en #6600cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raziel Starkiller
Damoclès
avatar

Damoclès


102 messages.
Inscrit le 19/05/2014.








Feuille de personnage
Age du Personnage:
Expérience:
299/400  (299/400)
Points de Réputations:
10000/10000  (10000/10000)



MessageSujet: Re: [Rp à Thème] Argh mousaillon ! Jeu 28 Aoû - 11:15



Raziel observa ses adversaires pendant qu’Ellana descendait le rejoindre. Les informations étaient exactes, ils étaient bien deux et arborais fièrement l’emblème d’Ultima Nova. L’un sur l’avant-bras, la seconde juste au-dessus de sa poitrine. Ils avaient tous deux un air de famille. Mêmes cheveux mauves, mêmes yeux bleus et même leurs sourires suffisants étaient semblable.

Enfin de l’action ! Je commençai à m’ennuyer ferme avec toutes ces traversées ! Dit l’homme en se faisant craquer les doigts.
Du calme mon frère. Nous ne savons rien d’eux. Tempéra la femme.

Raziel rengaina difficilement Naglhring à cause de l’espace restreint du lieu. Le combat qui s’annonçait allait être désavantageux pour le Balafré, il ne pouvait ni utiliser son épée ni utiliser de sort trop destructeur. Un trou dans la coque et c’est la noyade assurée.

Gamin, elle a raison. Il y a de grandes chances que tu te retrouves avec des membres cassés au minimum. Alors soit un bon garçon et laisse nous prendre cette cargaison.
Tu te prends pour qui le vieux !? J’vais te défoncer la tronche et après m’amuser un peu avec ta copine. Dit-il et regardant de la tête au pied Ellana avec une lueur lubrique dans les yeux.

Sans dire un autre mot, il fonça sur Raziel une dague en cristal bleuté dans chaque main. Le Balafré para in extrémis celle de gauche avec son bras métallique, mais celle de droite s’enfonça dans l’une des plaques ventrales de son armure. La force de l’impact était-elle que la plaque s’était enfoncée de deux ou trois centimètres. Raziel frappa de son poing droit, mais l’homme put l’esquiver par un pas en arrière.

Il semblerait que ton armure ne soit pas faite en camelote.
Et toi, t’es plus fort que tes bras en fils de fer le laissent prétendre.

Cet homme était fort physiquement et sa magie de création de cristaux, faisait de lui un adversaire redoutable. Raziel sentait l’excitation et l’adrénaline parcourir son corps. Un sourire carnassier se dessina sur ces lèvres. Ils allaient continuer leur danse mortelle, quand une lame fila droit sur le mage noir qui l’esquiva de justesse, laissant une estafilade sur la joue gauche. La lame revint dans la main de sa propriétaire, Ellana.

Si tu crois que je vais te laisser faire, tu te fous le doigt dans l’œil. T’es pas mon type de mec, alors pour tu peux te la mettre derrière l’oreille !

Elle concluait sa tirade par un tirage de langue.

Laisse donc les hommes entre eux, chérie, et vient donc me voir. Lança la sœur du mage.
D’accord, puisque t’insistes !

Ellana fonça sur l’autre femme, l’épée en avant prête à la pourfendre de part en part. Sauf que la femme avait le même pouvoir que son frère et fit apparaitre une épée et un bouclier, mais cette fois de couleur rouge. Le mage noir et Raziel regardèrent les deux femmes commencer à combattre.

Deux femmes se battant pour un homme, n’est-ce pas magnifique ?
Je suis sûr que tu voudrais les voir dans la boue, le pervers.

À la fin de sa phrase, Raziel fouetta l’air de son pied en direction des côtes du jeune homme qu’il esquiva encore une fois. Signe que leur combat devait reprendre. Une aura violette entoura ses poings et il se mit en garde, pied gauche en appuis, pied droit devant, sa main métallique près de son visage et la droite légèrement en avant. Une garde parfaite au corps à corps.

Allez, mon mignon. Viens voir papa ! Railla Raziel et invitant le mage noir d’un signe de la main droite.

Le jeune homme fonça sur lui avec les dagues de cristal, mais cette fois, le Balafré était prêt. Le mage noir prépara son attaque en voulant frapper les flancs de Raziel pour le couper en deux ou bien le blesser mortellement. Le Balafré le devança. Il fit un pas en avant, arma son bras gauche et l’envoya en direction du visage de son adversaire. Grâce à ces réflexes ou une chance insolente, il put de nouveau esquiver l’attaque.

T’es trop lent pour pouvoir me toucher le vieux ! Lança le jeune homme. Par contre, moi, c’est différent. Crystal Knife !

Une dizaine de couteaux en cristal bleuté partir dans la direction de Raziel qui, ne pouvant les esquiver d’un pas sur le côté à cause des caisses présentes, se protégea comme il put en mettant ces avant-bras en croix devant son visage et se baissant, mais même avec son armure c’était impossible d’en sortir sans casse. Un des couteaux s’était fiché dans son épaule droite et il avait plusieurs égratignures plus ou moins graves sur tout le corps, sans compter toutes les bosses sur son armure. Raziel n’avait plus le choix, pour vaincre son ennemi, il devait laisser tomber ses défenses pour se concentrer sur la vitesse et sa force de frappe. Le Balafré se relava pour faire face à son adversaire et retira d’un coup sec le couteau, laissant la plaie déverser son sang écarlate.

OK, gamin. Tu veux de la vitesse ? Tu vas en avoir !

Son armure habituelle disparut dans un rayon de lumière, pour laisser place à une armure en cuir et tissu sombre, l’armure du Faucon. Environ cinq mètres devaient les séparer, mais Raziel raccourcit cette distance en un rien de temps et recommença son assaut de plus belle. Gauche, droite, uppercut, coup au foie, aux reins. Il enchainait les coups de plus en plus fortement et plus en plus rapidement. Si bien, que son adversaire fut vite pris de panique, lui pensant être le plus fort et le plus rapide d’entre eux, voyait son assurance disparaitre pour laisser place à la panique. Il avait rapproché ces avant-bras de son visage et s’était légèrement baissé pour protéger son ventre, mais ça ne suffisait pas pour qu’il soit protégé par les coups dévastateurs de Raziel.

Le Balafré s’attendait à un meilleur combat que ça, surtout avec les handicaps qu’il avait, mais non. Il fallait qu’il tombe sur une grande gueule qui n’est pas aussi fort qu’il le prêtant. Ce combat devenait ennuyeux et devait se terminer. Raziel arma son point gauche pour réaliser un uppercut, de l’énergie violette commença à se dégager de ses jambes légèrement fléchies.

Appakuesa !

Son poing s’envola vers la mâchoire du mage noir, tout le corps de Raziel accompagna le mouvement dans un saut en arc de cercle faisant s’envoler son adversaire contre le plafond qu’il troua avec sa tête, dans un crie hideux, avant de retomber mollement sur le sol, mort. Des applaudissements vinrent de derrière lui. En se retournant, Raziel découvrit une Ellana avec quelques entailles par-ci, par-là, mais avec un sourire radieux sur le visage.

Bravo chef !
Ouais, arrête de faire la lèche-cul. Pas trop de bobo de ton côté ? Demanda le Balafré.
Si on peut plus faire de compliments… Non, ça va elle n’était pas aussi forte qu’elle le prétendait et puis à deux contre un c’était simple. Répondit-elle en montrant la carte de la force.
OK, on va enfin pouvoir regarder dans cette foutue cargaison. Regarde dans les caisses de droite, je m’occupe de celle de gauche. Ordonna le Balafré.
On n’attend pas, Hans et les autres pour ça ?
Pourquoi on ferait ça ? On a un intérêt commun, c’est vrai, mais ce n’est pas mon pote. Alors, c’est premier arrivé, premier servit. Ils nous rejoindront une fois leurs boulots sur le pont fini.

Ellana, ne trouvant rien d’autre à dire, acquiesça. Raziel commença à ouvrir les caisses. Dans les premières, parfaitement stockée et protégée par de la mousse, des mitrailleuses lourdes qui fonctionnaient grâce à des lacrymas que l’on insérait sur le dessus de l’arme, d’après l’orifice présent. Elles devaient tirer des balles d’énergie pure. Des armes comme ça pourraient faire des ravages dans les rangs du Conseil. Les caisses suivantes étaient remplies de canons à lacrymas, eu aussi, des armes comme ça étaient parfaites pour détruire les murs et les défenses d’une ville. Ensuite, il y avait bien sûr les lacrymas qui servaient de munitions. Presque toutes les caisses restantes étaient remplies de ça, sauf la dernière. Dans des cases de métal, empêchant tout mouvement, se trouvaient six bonbonnes de verre transparentes. Toutes contenaient le même liquide visqueux et verdâtre. Ellana finissait d’ouvrir les caisses de droite et avait fait les mêmes découvertes que le Balafré, y compris l’étrange liquide.

Vous avez une idée de ce que ça peut-être ? Demanda la jeune femme en observant une bonbonne.
Non, mais connaissant Ultima Nova. Ça sent les emmerdes. On va en prendre une pour la faire analyser par le département technologique.
Et le reste ?
On le balance à la flotte. Je n’ai pas envie de retrouver cette merde sur le marché noir. Déjà que ça me fait chier de laisser les armes.

Raziel prit une des bonbonnes qu’il confia à Ellana et souleva la caisse. Sa blessure à l’épaule lui tira une grimace, mais elle était plus légère qu’elle n’en avait l’air. Sur le pont, le Balafré trouva Hans et son équipage en mauvaise posture. La surprise de l’attaque avait joué en leur faveur, mais l’équipage du Riccoa avait vite repris leur esprit grâce à leur capitaine. La dizaine de survivants avaient même réussi à bloquer Hans et ses hommes à la proue du bateau.

Tss, même pas foutues d’abattre des pirates. Lança Raziel en observant la scène.

Il s’approcha du bastingage et jeta la caisse par-dessus bord avant d’avancer vers les groupes qui combattaient. Le Balafré dégaina Naglhring et faucha le premier rang dans un arc de cercle destructeur. Deux hommes furent tués net, un autre le bras tranché, les deux derniers tombèrent au sol, sous le poids de l’attaque et de leurs compagnons mort ou blessé. Les hommes du Riccoa rompirent leur formation devant ce nouvel ennemi.

Hans, t’es qu’un tocard ! Lança Raziel. Tellement mauvais que je suis obligé de venir t’aider.

Un homme fonça sur le Balafré sur son flanc droit, pensant de son point faible était là. Monumentale erreur. Raziel para sans problème avec son épée dans sa main droite et lui asséna un coup de poing dans le plexus avec la main gauche. À peine avait-il touché l’homme qu’un rayon d’énergie violette le traversât de part en part, le laissant s’écrouler au sol, inconscient.

Un mage !? On est tous foutus ! Tout le monde à la mer ! Lança un gros homme barbu.

Tels des rats, les survivants du Riccoa se dispersèrent pour se retrouver dans les chaloupes et partir loin du navire. N’ayant plus d’ennemis à combattre, Raziel redescendit dans la cale cherche la dernière caisse. Avant de disparaitre dans les entrailles du navire, il put entendre un timide.

Merci…

De la part d’Hans. À l’intérieur, le Balafré découvrit une Ellana assise sur une caisse qu’elle avait refermée, elle était en train de regarder ces cartes de marionnette pour passer le temps, sans doute. Raziel prit la dernière caisse de liquide verdâtre.

Allez, on se tire de là.

Ellana passa devant lui, les mains vides.

N’oublie pas la bonbonne.

Ellana ouvrait grand l’œil, elle avait vraiment oublié ce liquide verdâtre.

Fait gaffe, sérieux. En mission ne soit pas sur la lune bordel ! Gronda Raziel.
Désolé…

Elle était sincère dans ces excuses et pour une fois, le Balafré en resta là. De nouveau à l’air libre, il lança la dernière caisse dans la mer.

Tu fais quoi là !? Lança Hans en s’approchant de Raziel. Avec ça, j’aurais pu m’en mettre plein les poches !
Ferme-la ! Dans la cale t’as des armes et des lacrymas. Ces caisses contenaient un liquide bizarre, j’ai préféré m’en débarrasser. Maintenant, charge tes caisses et on se tire.
Mais on avait dit que la cargaison était pour moi ! Continua Hans.
Tu me saoules le blond ! S’écria Raziel. Je t’ai sauvé la vie tout à l’heure t’as qu’à te dire que ces deux caisses étaient ta dette envers moi, tocard ! Tu me parles encore une fois de ces caisses et je te défonce la tronche ! C’est clair ?

Devant la menace du ravalement de façade que le Balafré lui promettait, Hans n’eut d’autre choix que d’accepter.

Et aussi ne refourgue pas les armes dans Fiore ou Pergrande. Sinon, je te retrouve et tu comprendras le sens des mots destruction total.

Une seconde menace qui refroidit rapidement Hans, il savait que la situation n’était plus sous son contrôle depuis longtemps et voulait rapidement débarquer les deux mages. L’équipage de l’Aigle Centenaire prirent les boites restantes et les mirent dans leur navire, direction l’estuaire de l’Orgual en laissant le Riccoa à son sort. Le trajet du retour se passa sans encombre et ils se quittèrent une fois de retour à la terre ferme.

Quelques jours de voyage plus tard, Ellana et Raziel étaient de retour au quartier général du Conseil, à Crocus. Ils se dirigèrent en premier lieu dans le bâtiment qui était celui du département technologique. Des murs blancs immaculés, du carrelage aussi blanc au sol, il ne manquait que les infirmières et on aurait pu croire que c’était un hôpital. Ils prirent l’escalier sur la droite du hall pour monter dans les étages à la recherche d’un laboratoire pour analyser ce liquide verdâtre. Ellana et Raziel trouvèrent le laboratoire au second étage.

De longues tables avec des microscopes posés dessus et d’autre objet dont Raziel ignorait la fonction. Un homme était présent, blouse blanche, cheveux châtain coupé court et une barbe naissante sur son visage. Il semblait absorbé par le contenu d’une fiole qu’il bougeait dans tous les sens devant ces yeux marron.

Le rat de laboratoire, on a un truc pour toi. Lança Raziel en guise de salut.

L’homme quitta des yeux la fiole pour voir d’où venait la voix. Il soupira et dit.

Je ne suis pas un rat de laboratoire, monsieur Starkiller, mais un chercheur.
Ouais, c’est pareil ! Bref, on a récupéré ça sur une cargaison en direction d’Era.

Ellana qui tenait toujours la bonbonne, avança et la donna au scientifique. Il observa le liquide à travers le récipient pendant quelques secondes, avant de la poser sur une table. Il prit une pipette non loin de lui et ouvrit la bonbonne pour en prélever un peu. Il partait vers une machine étrange quand il s’arrêta e regarda les coéquipiers.

Vous pouvez y aller, ça va prendre du temps. Revenez dans six heures, environ.

Sans un autre mot, Ellana et Raziel sortir du laboratoire et se séparèrent pour vaquer à leurs occupations pendant le temps qu’ils avaient à attendre les résultats. Six heures plus tard, ils revinrent. Le scientifique était assis à un bureau à droite de l’entrée du laboratoire, en train de remplir des documents.

Ah vous voilà. J’ai les résultats de cette substance. C’est un…
La version compréhensible et simple, doc. Coupa Raziel.
OK, en gros c’est un liquide qui, sous une impulsion d’énergie magique, se transforme en gaz.
Et ce gaz à quoi de particulier ? Demanda Ellana.
Je ne connais pas encore tous les effets, mais il semblerait que ce gaz inhibe la magie ou fait baisser grandement la puissance magique de la personne qui en inhale.
Bordel, quel truc de lâche ! S’exclama Raziel. Et ça dure combien de temps ?
Difficile à dire. Une heure, un jour ou à vie. Il faut que je fasse d’autres tests pour le savoir.
Y a moyen de se protéger contre ça ? En dehors des masques à gaz ?
Pour l’instant non, mais je pourrais faire un vaccin ou une injection à prendre dès qu’on respire ce gaz.
OK, magne-toi pour faire ça alors. Je n’ai pas envie qu’on soit détruit à cause d’un gaz. Dit Raziel en commençant à sortir du laboratoire.

Du gaz, Ultima Nova voulait tellement gagner à tout prix, qu’ils étaient prêts à utiliser des armes aussi lâches ! Quelle honte ! Raziel avait de plus en plus envie d’aller à Era botter leurs fesses loin de Fiore. C’est avec ces pensées qu’il rentra chez lui.


__________
J'écris en #613043 et Ellana en #6600cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valkiryon
Silvery Wolf
avatar

Silvery Wolf


512 messages.
Inscrit le 12/08/2013.








Feuille de personnage
Age du Personnage: 22
Expérience:
476/800  (476/800)
Points de Réputations:
10000/10000  (10000/10000)



MessageSujet: Re: [Rp à Thème] Argh mousaillon ! Mar 2 Sep - 16:46

Raziel Starkiller ; 344 Points d'expérience.

+ 100 Points de réputation.

__________


  • Valkiryon's theme :
  • Silvery Wolf :
  • Black Energy :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé.


messages.
Inscrit le .










MessageSujet: Re: [Rp à Thème] Argh mousaillon !

Revenir en haut Aller en bas

[Rp à Thème] Argh mousaillon !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le nouveau thème d'hiver !
» Passage au thème vert!
» 12.Thème de l'année
» Thème LA SOLITUDE
» [Evènement] Bal à thème de Noël

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fiore no Shin'nyuu :: Autres Lieux de Fiore :: Villes de Fiore :: Ville de Hargeon-