Reboot du plus vieux forum RPG sur Fairy Tail de France, je parle bien sûr de Fairy Tail World RPG
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité.
Invité


messages.
Inscrit le .










MessageSujet: Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore) Mer 22 Jan - 12:45

La fête battait déjà son plein à notre arrivé et presque personne ne remarqua que la porte s'ouvrait. Pour ne pas que les remarques fusent et ne gêne Pandore, je ne voulus pas reprendre Pandore dans mes bras comme je l'avais fais tout au long de la traverser de la ville, mais elle semblait encore un peu faible et j'ignorais si elle pouvait marcher toute seule. Ces jambes avaient été méchamment toucher par les autres idiot en dehors de la ville donc impossible de le savoir. Doucement je la fis donc avancer dans le hall jusqu'à une table non loin. Certains nous avait vu et commençait même à sourire d'amusement, enfin je crois. Cela je m'y attendais, mais par contre personne ne vint nous voir pour savoir qui était la demoiselle m'accompagnant ni pour savoir si on avait besoin d'aide. Pas terrible la première impression, enfin jusqu'à se que Lisanna tourne son regard inquiet vers nous. Evidemment, elle tenait le bar vu que sa sœur Mira était en train d'animer l'ambiance en chantant. Vraiment elle avait une voix sublime et le don de réchauffer les cœurs. Le regard de Lisanna devenait de plus en plus insistant et je compris qu'elle au moins s'inquiétait.

- Je reviens, je vais vous cherchez votre chocolat viennois sans oublier les framboise.

Je me relevais sans quitter son regard du miens et m'éloigna doucement jusqu'au bar ou l'on m'attendait. Je vis un petit sourire en coin sur le visage de Lisanna, comme si elle avait compris quelque chose que moi même je ne comprenais pas. Elle devait certainement se méprendre sur mes intentions. Elle me demanda par contre qui elle était et pourquoi je l'avais amener ici vu qu'apparemment elle n'était pas de la guilde. Rapidement je lui expliquais l'attaque au abord de Magnolia et elle compris la raison de notre présence. Elle réfléchie et me donna le nom des mage capable de soigner ces blessure. Evidemment en tête de liste arrivait Wendy, mais apparemment elle était en mission avec Natsu. J'allais devoir demander à un autres, mais je ne connaissais pas tout le monde ici. D'ailleurs tout les nom qu'elle m'avait dit m'était inconnu. Sentant mon désarroi, elle se proposa d'aller en voir un pour venir nous aider. Cette fille était vraiment une crème, tout comme sa sœur. Parfois je me demande si je me serais vraiment intégrer sans elle ici.

Avant qu'elle n’aillent chercher un des mages qu'elle m'avait cité, je lui dit de nous servir un petit truc à boire. Moi elle me connaissait assez pour savoir que je prenais toujours la même chose, mais elle fut surprise en entendant la suite de ma commande. Un chocolat viennois pas de problème, mais avec des framboise ?? En théorie rien de bien extraordinaire, mais le problème c'est que sans framboise c'est un peu plus compliquer. Disons que c'est pas l'aliment le plus consommé ici donc il est rare d'en trouver comme cela à la demande. Avec toutes ces excuses elle me donna le chocolat sans les framboises avant de servir un autre qui semblait attendre impatiemment. De retour à notre table, je posais la demande de Pandore devant elle et pris place en face.


- Il n'y avait plus de framboise, apparemment quelqu'un avait déjà vider le stock. J'irais t'en chercher au marcher un peu plus tard si tu veux. Le médecin viendra nous voir un peu plus tard, pour le moment profite, c'est pas tout les jour que Mira anime le hall en chanson. En fait sa ne te dérange pas que je te tutoie j'espère, sinon je cesse de suite.

Je le dis sérieusement, mais toujours en souriant pour souligner une petite touche d'humour quand même. C'est drôle, plus je l'observais et plus je me sentais à mon aise tout en sentant une certaine gêne. Elle m'intimidait et pourtant je ne pouvais m’empêcher de la regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Pandore
• Impératrice Désastre •
avatar

Impératrice Désastre


554 messages.
Inscrit le 14/08/2013.








Feuille de personnage
Age du Personnage: 25
Expérience:
117/100  (117/100)
Points de Réputations:
1110/10000  (1110/10000)



MessageSujet: Re: Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore) Sam 1 Fév - 13:50


Retrouver le sol fut très étrange. Pendant tout le trajet, Pandore s'était sentie légère comme une plume dans les bras du jeune homme. Son corps la faisait toujours souffrir mais c'était supportable, dans la mesure où elle n'avait pas à forcer dessus.

Et puis il fallut poser pied à terre et la douleur se réveilla, montant comme une vague le long de ses jambes meurtries, rayonnant dans ses flancs, jusqu'à mourir dans son esprit. Et puis le froid. Le froid s'empara à nouveau d'elle et l'enferma dans sa bulle solitaire.
Devant la porte de la guilde, Pandore ferma les yeux pour contenir sa douleur et ne pas la montrer. Sa main la trahit cependant, en se refermant sur le bras du jeune homme à la fois pressante et tellement légère. Si le corps de Pandore n'avait pas été marqué par du sang et des bleus, Stephen aurait facilement pu croire qu'il tenait un fantôme.

La belle ne rechigna pas un seul instant quand le mage l'aida à franchir le seuil de la guilde et à aller s'asseoir à une table. Cette apparition provoqua un étrange changement d'ambiance dans la salle, mais personne n'osa s'approcher. Cela n'avait rien de surprenant pour Pandore, plus qu'habituée à ce genre de comportement à son égard. On la craignait autant qu'on la trouvait fascinante avec ses yeux framboises, et ses allures de spectres vengeurs.

En revanche, le brouhaha qui régnait dans la vaste pièce la mit mal à l'aise. Après quelques instants à peine, elle sentit ses oreilles bourdonner et pointer une migraine : elle n'était pas habituée à un tel remue ménage. Pour être honnête, si elle avait pu, elle aurait intimé le silence à tous ses braillards sans cervelle.

Comment cela se traduisait sur son visage ? Un air effrayé. Purement et simplement effrayé. La jeune femme observait chaque personne dans la salle avec une crispation évidente pour qui prenait le temps de l'observer. Et lorsque Stephen s'esquiva pour aller passer les commandes, ce fut encore pire. Pandore se sentit perdue au milieu des flots déchaînés d'un océan sans fin.
Affaiblie par l'altercation, fatiguée par la régénération de sa magie, elle sentait le monde tanguer autour d'elle à cause du bruit et de l'agitation ambiante.

Comment diable pouvait-on supporter ça à longueur de temps ? Et surtout, comment un homme aussi calme que Stephen pouvait faire partie de cette... de cette tribu tribale ? Pandore avait l'impression d'être entourée de singes à qui on aurait appris à parler. Et c'était foutrement désagréable.

L'ancienne impératrice ferma les yeux pour se couper de cette ambiance déplaisante au possible. Elle chassa le bruit de ses pensées, elle chassa tout de ses pensées, ne resta plus pour elle que le noir et le temps qui s'égrainait.

Après ce qui lui sembla une éternité, une voix et une présence la rappelèrent à la réalité.

- Il n'y avait plus de framboise, apparemment quelqu'un avait déjà vider le stock. J'irais t'en chercher au marcher un peu plus tard si tu veux. Le médecin viendra nous voir un peu plus tard, pour le moment profite, c'est pas tout les jour que Mira anime le hall en chanson. En fait sa ne te dérange pas que je te tutoie j'espère, sinon je cesse de suite.

Avant même d'ouvrir les yeux, Pandore avait souri. Délicatement. Son regard se posa sur la tasse fumante posée devant son nez avant de remonter sur le visage du mage, harponnant son regard sans la moindre agressivité.  

~ Ca ne fait rien, répondit-elle au sujet des framboises.

Elle était heureuse -vraiment- qu'il se décarcasse pour la satisfaire, qu'il s'intéresse à elle. Il n'y avait pas meilleur baume au cœur que d'être en présence de quelqu'un qui cherche à l'apprivoiser. Et Stephen y parvenait très bien. Le sourire de la jeune femme était discret mais son regard s'exprimait pour elle : sans un mot, elle remerciait le mage pour son attention et le temps qu'il lui accordait.

~ Et continue à me tutoyer.

Une autorisation ? Une demande ? Un ordre ?
La formulation aussi bien que le ton ne permettait pas de définir lequel des trois était juste. Ambigu comme toujours.

La désastreuse baissa les yeux sur sa tasse. Ca avait l'air brûlant. A tel point qu'elle ne put résister à l'envie d'y poser ses mains. C'était brûlant. Elle y laissa ses doigts. La sensation de chaleur était désagréable, ça faisait mal, Pandore avait l'impression qu'une armée s'acharnait à faire fondre sa peau et ses chairs, mais elle ne retira pas ses mains et ne laissa rien transparaître sur son visage.

~ Dis-moi, c'est toujours aussi bruyant ici ? Questionna-t-elle Stephen tout bas. Tout ce bruit. C'est... impressionnant, confia-t-elle.

Son sourire se crispa. C'était impressionnant oui, mais pas dans le bon sens du terme. Par politesse cependant, elle ne dit pas le fond de sa pensée. Stephen devinerait-il tout seul ? La question dansa un instant dans l'esprit de la belle, avant d'être chassée par ce qu'ils s'étaient dis et ce qu'ils ne s'étaient pas dis plus tôt. Sur le moment, elle n'avait pas répondu au jeune homme, mais elle avait bien vu son regard et la promesse muette qu'il lui faisait.

Elle s'en souviendrait, tout comme elle se souvenait de sa question.

~ Tu m'as demandé si je connaissais Damoclès tout à l'heure. Je ne connais pas très bien sa légende, tu voudrais me la raconter ?

En vérité, elle l'avait connu et avec un petit effort de réflexion, elle la connaissait peut-être encore mais elle préférait l'entendre de la bouche du chevalier conteur. Pour avoir sa version mais aussi pour lui faire plaisir. Il semblait apprécier de raconter des histoires et elle voulait qu'il lui fasse partager ça aussi.


__________
J'écris en #993366
J'ai 15 roses pourpres de la part d'Amano, Kirito, Captain, Yoshi, Azura, Wilya, Stephen, Anee, Krystale, Eiko & Hikari.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité.
Invité


messages.
Inscrit le .










MessageSujet: Re: Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore) Mer 5 Fév - 15:47

Voir son sourire me réchauffa le cœur et le manque de framboise me paru soudain très loin. Elle regarda sa tasse puis fixa son regard dans le miens, sur le coup je crus que ma familiarité soudaine la gênais et je paru gêner à mon tour, sans trop le montrer toutefois. J'étais peu être parfois le plus amical d'entre nous, mais j'avais aussi pris la mauvaise habitude d’être familier envers les gens au bout d'un moment. Bon pas au point de Natsu évidemment, mais lui c'est un cas à part. L’absence de framboise ne la gêna pas et elle semblait contente. Un léger sourire que l'on pouvait apercevoir en étant proche et des yeux doux. Elle semblait rassurer, ou presque. A chaque note un peu haute ou cris, elle était surprise. La première visite dans cette guilde est toujours une surprise effectivement. Je me rassurais quand à la gêne que ma familiarité avait put lui causé, d'un coup cela ne semblait plus l'indisposer. Elle me le confirma même.

~ Et continue à me tutoyer.

Sa phrase me fis sourire et surtout plaisir. C'est vrais que nous ne nous connaissions pas depuis longtemps et déjà je me montrais familier au point de la tutoyer. Je perdis mon sourire quand elle posa ces mains totalement sur la tasse brûlante. Je le savais vu que c'est moi qui l'avais amener et que je m'étais cramer un doigt. Elle ne semblait pas avoir mal, mais j'étais certain que la tasse était encore bien trop chaude.

~ Dis-moi, c'est toujours aussi bruyant ici ? Tout ce bruit. C'est... impressionnant.

Je ne sais quoi dire la sur le coup. Je m'attendais à se qu'elle cris de douleur à cause de la chaleur, mais non. Elle ne semblait même pas souffrir d'aucune manière de cette chaleur. Peu être était ce moi qui était trop sensible à se niveau la. Je compris ensuite se qu'elle essayait de me dire, enfin je pensais que cela voulais dire cela. Le bruit et cette ambiance un peu trop festive l'indisposait. Je lui souris donc, oubliant la tasse brûlante, et admira une fois de plus son regard pénétrant qui semblait révéler tant de chose pour en cacher le double. J'avais bien du mal à comprendre cette femme, alors que d'habitude je comprend facilement se que veulent les gens.


- Ne t'inquiète pas, nous ne resterons pas longtemps. Le temps que tu termine ton chocolat et nous irons dans un endroit plus calme. Moi même parfois j'ai du mal à supporter les hurlements et les cris, mais quand il y a une bagarre alors c'est encore pire. Je marquais un petit temps de pose et repris. Cela va peu être te surprendre, mais c'est plutôt calme aujourd'hui contrairement à d'habitude.

Tant pis pour le médecin, de toute façon Lisanna avait fort à faire. Tout le monde c'était précipiter au bar a la fin de la chanson de Mira. Quand on l'écoute il est compliquer de faire autre chose en même temps donc évidemment personne n'avaient penser a commander pendant tout se temps.

~ Tu m'as demandé si je connaissais Damoclès tout à l'heure. Je ne connais pas très bien sa légende, tu voudrais me la raconter ?

Alors la, se fus mon regard qui s'illumina et un long sourire se dessina sur mon visage. On voulais que je conte une histoire ?! Sa faisait longtemps que je n'avais pas eu me loisir de faire cela !!


- Il était une fois l'histoire du roi Damoclès. Cette histoire se déroule dans un lointain pays ou régnait la peur et la famine. Cachant un grande faiblesse au fond de son cœur, se roi avait ériger une barrière autour de se dernier pour que l'image que l'on vois de lui soit celle d'un homme dur et froid qui peu prendre des décisions et qui ne craint pas la mort.

Utilisant ma magie de rééquipement et les déguisements de Clopin, mon habit se changea pour prendre celui du roi en question. Une tunique royale sombre et extravagante. Certain membre de la guilde se tournèrent et se rendirent compte que je m'étais replonger dans le contage d'une histoire, souriant et se remettant à rire au bon souvenir que cela leur rappelait. Deux enfants jouant un plus plus loin vers leur parents coururent et s’assirent vers nous pour écouter l'histoire.

- Se roi cruel et méchant était désespérément seul. Il avait peur que sa famille et ces sujets se le quitte ou le trouve trop faible alors il les enferma dans son royaume. Interdisant les départ et voyage. Pour empêcher cela, il avait installer une taxe monstrueusement élever, rendant son peuple pauvre. Plus les années passer et plus se roi était détester. La tristesse au fond de son cœur continuait de grandir, mais maintenant même lui ne pouvais plus la sentir tellement il l'avait bien enfermer. La pauvreté, la famine et les guerres s'installèrent sur le royaume, mais il ne fit rien pour l’empêcher. Il était à l'origine de tout cela et semblait maintenant s'en contenter, même y prendre plaisir. Un jour de pluie, sa femme mit son fils au monde, mais se dernier avait péri à la naissance. Fou de rage contre sa femme, Damoclès sortie sa puissante épée !! Encore une fois j'usais de ma magie pour invoquer une réplique simple de l'épée que j'utilisais avec cette armure. Et d'un coup sec, il frappa sa femme, la tuant sur le coup. Se meurtre fit grand bruit dans le royaume et la peur redoubla en puissance.

Les gamins était maintenant effrayer et l'un d'eux avait enfoui son visage dans le cou de l'autre. Marquant une petite pause dans mon récit, je souris au enfant et reporta mon regard sur Pandore.

- Un jour, Damoclès avait enfourché son meilleur destrier, et il était parti à la chasse dans la forêt. À un moment, il s’éloigna de ses rabatteurs, et il se retrouva seul sur un sentier qu’il ne connaissait pas. Il faisait avancer son cheval au pas, prudemment, ses armes à portée de mains, guettant la possible attaque d’un des fauves qui peuplaient les forêts en ce temps là, ou bien de bandits qui n’auraient pas hésité à le tuer, surtout s’ils le reconnaissaient. Soudain, une vieille femme surgit devant lui, comme si elle était apparue du néant. Damoclès sursauta en la voyant, puis il lui dit, écarte toi de mon chemin, la vieille, ou bien je te piétine avec mon cheval ! Je pris un grosse voix de méchant exagérer pour imiter se gros et méchant roi. Parle moi sur un autre ton ! Répliqua la vieille femme, sais-tu au moins qui je suis ? Non, et je m’en fiche, répondit Damoclès, il n’est personne de plus important que moi, ici.
Tu te trompes ! Dit la vieille femme, je suis plus importante que toi ! Damoclès se mit à rire et repris, qui donc es tu, pour être plus importante que moi ? Je suis la déesse Isis. Déclara la vieille femme. Le roi ne sembla pas impressionner et répondis. Rien que cela ! Eh bien, si tu es vraiment la déesse Isis, prouve le, sinon, meurs ! Ajouta-t-il en sortant son épée de son fourreau. Tu regretteras de m’avoir défiée ! » Dit la vieille femme qui déjà commençais à rajeunir à vu d’œil.


Impossible de m’arrêter, j'étais totalement partie dans l'histoire. Je n'avais même pas remarquer que certain c'étaient tourné pour me regarder. Dans mon élan, j'avais alterner les rôle du roi et de la vieille femme en changeant de costume et de voix plusieurs fois.

- La vieille femme maintenant devenu jeune et sévère, leva la main et l'épée du roi s'envola dans les air. Elle récita une incantation et l'épée vint se placer au dessus de la tête du roi qui ne comprenait rien. La déesse Isis regarda fixement le roi qui pour la première fois de sa vie ressentis de la peur. Si un jour tu commet une autre mauvaise action, cette épée s’abattra sur toi !! Dans un éclair la déesse disparu, laissant le roi et son épée seul. Cherchant à récupérer son bien, il tombe de cheval et s'aperçu que l'épée s'éloignait de lui tout en restant au dessus de sa tête. Cherchant à s'abriter de cette épée ensorceler, il se rendis compte qu'elle pouvais se placer à n'importe qu'elle autre endroit de son corps pour le transpercer. Depuis se jour, il se força à agir avec bonté. Changeant toutes ces lois, baissant ces taxe et dédommagent tout le peuples de diverse façon. La rancune mit du temps à disparaître et bon nombre de personne partirent du royaume, mais au bout de quelques années de bienveillance toutes ces personne revinrent s'installer dans son pays maintenant prospère. L'épée c'était éloigner petit à petit de sa tête si bien qu'il fini par l'oublier. Sans le savoir, Damoclès avait détruit le mur entourant son cœur et enfin pouvait vivre une vie de bonheur avec ceux qu'il aimait. La peur de mourir lui avait ouvert les yeux et le cœur.

Se n'est qu'à la fin du conte que je vis mes quelques spectateurs qui souriait en applaudissant légèrement. Je sourie et me réinstalla à la table ou Pandore me regardait. J'avais encore une fois parler pendant des heure sans m’arrêter et en me donnant en spectacle. Enfin se conte avait une bonne morale que les enfants avait surement compris et en cela, c’était une bonne chose.Je sourie à Pandore et pris un air gêner.

- Désolé, j'ai du mal à m’arrêter quand je commence à raconter des histoires comme sa. J'aurais du la simplifier au lieu de tout raconter en détail comme je l'ai fais.

Au moins maintenant elle connaissait mon plus grand défaut, celui qui fait que certain ne me demande plus de leur raconter d'histoire.


[HRP : J'ai écris tout le conte de mémoire, possible que j'ai oublier certaine chose ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Pandore
• Impératrice Désastre •
avatar

Impératrice Désastre


554 messages.
Inscrit le 14/08/2013.








Feuille de personnage
Age du Personnage: 25
Expérience:
117/100  (117/100)
Points de Réputations:
1110/10000  (1110/10000)



MessageSujet: Re: Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore) Dim 2 Mar - 19:58

L'écouter raconter ses histoires était amusant. La jeune femme y prenait du plaisir, pour de vrai. Elle le regardait et l'écoutait simplement, se laissant porter par sa voix et son histoire. Sans calcul. De toute façon, ça allait bien trop vite pour qu'elle puisse manigancer quoi que ce soit.
Les costumes et les intonations s'enchaînaient, tantôt graves et tantôt loufoques, sur un rythme effréné que Stephen ne remarquait même pas. Le chevalier blond s'amusait et semblait s'être piégé à son propre jeu. Parfois, il parlait un peu fort au goût de l'impérieuse, cependant elle se garda bien de lui en faire part. Par courtoisie ou parce qu'elle n'avait pas envie de l'arrêter.

Curieuse et attentive, la belle aux cheveux noirs accrocha une esquisse de sourire sur son visage fantomatique. Malheureusement pour lui, le conteur ne pouvait en espérer davantage de la part de Pandore. Rire aux éclats n'avait jamais été son fort, ni même se montrer très démonstrative en règle générale. De plus, ses sourires se révélaient bien souvent fourbes et trompeurs, désagréablement moqueurs ou acides. Mais cette fois, il n'en était rien et ça se voyait dans son regard pourpre.

Dépourvus de malices, ses prunelles framboises souriaient bien plus que ses lèvres. Pandore écouta toute l'histoire d'une traite, sans bouger, ni quitter Stephen des yeux une seule fois, si ce n'est pour intimer d'un rapide coup d'oeil aux enfants de rester loin d'elle. La revenante n'avait aucune envie de jouer les mères poules, ni qu'un piaillement enfantin ne vienne gâcher son plaisir.

Après tout, cette histoire était avant tout pour elle...

- Désolé, j'ai du mal à m’arrêter quand je commence à raconter des histoires comme sa. J'aurais du la simplifier au lieu de tout raconter en détail comme je l'ai fais.

Avant de répondre, la jeune femme remua son chocolat chaud, pour y mélanger la crème fouettée qui fondait doucement dessus.

~ Il n'y avait rien à changer.

Elle le pensait sincèrement. En présence d'enfants, il n'y avait rien à changer. En revanche pour els adultes, cette histoire avait une tout autre portée. Damoclès avait été contraint à faire des bonnes actions pour sauver sa vie, alors tout le monde le considéra comme un roi bon pour le reste de son règne, mais au final, son cœur était toujours mauvais. Faire de bonnes actions pour de mauvaises raisons. Parce que c'est le plus profitable et non pas parce que c'est la meilleure chose à faire quoi qu'il arrive.
La morale de cette histoire était alors : ne vous fiez pas aux apparences. Un homme qui fait de bonnes actions n'est pas forcément bon lui-même.

Et malheureusement, Pandore en était venue à constater par elle-même à quel point c'était vrai. Après un léger soupir, l'ancienne impératrice porta la tasse à ses lèvres pour savourer quelques gorgées de chocolat chaud. Délicieux. Puis elle revint au chevalier.

~ Tout comme Damoclès a fait de bonnes actions toute sa vie pour de mauvaises raisons, tu penses que quelqu'un soit capable de commettre des atrocités pour une raison noble ?

La voix un peu hésitante, elle ne le lâchait pas des yeux. Sans se faire pressante ou insistante, elle attendait seulement une réponse, avant d'ajouter.

~ Qu'est-ce que tu en penses, toi ? Est-ce que la fin justifie les moyens ?

Evidemment, quelqu'un d'un peu fin pouvait sentir que les questions étaient orientées. Il y avait un message derrière cette conversation, un message que Stephen et Pandore se passaient avec l'aisance de deux joueurs de tennis en plein match. La balle ne tombait pas encore dans un camp ni dans l'autre, mais pour combien de temps encore ?

__________
J'écris en #993366
J'ai 15 roses pourpres de la part d'Amano, Kirito, Captain, Yoshi, Azura, Wilya, Stephen, Anee, Krystale, Eiko & Hikari.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité.
Invité


messages.
Inscrit le .










MessageSujet: Re: Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore) Dim 9 Mar - 18:02

Je n'en avais pas rater une miette, son sourire simple mais chaleureux. Elle avait sourie tout en m'écoutant raconter mon histoire sans m'interrompre. C'est agréable de sentir que l'on apprécie se que l'on fait et c'est se que sont sourire me disait. Peut être me trompais-je, peut être n'avait-elle sourie que par politesse sans écouter un seul mots de mon histoire. Enfin, je ne pensais pas un seul instant qu'elle eu fait cela. Un peu naïf je l'avoue, je suis certain qu'elle ma écouter attentivement. Sa réponse sur le coup ne pouvait pas laisser voir clairement si elle avait écouter ou non. J'attendais, l'observant remuer son chocolat maintenant moins chaud.

~ Tout comme Damoclès a fait de bonnes actions toute sa vie pour de mauvaises raisons, tu penses que quelqu'un soit capable de commettre des atrocités pour une raison noble ?

Son résonnement me surpris sur le coup. Normalement quand on écoute se conte on en déduis que grâce à la déesse Damoclès est devenu foncièrement bon, mais non. Cet homme était un monstre de cruauté qui a été obliger de devenir bon juste pour sauver sa propre vie. Pandore avait vu la bonne morale de cette histoire et pourtant je ne m'attendais pas à se qu'elle me pose une tel question. Je dois avouer qu'elle me prit de court et que sur le coup je ne sut quoi répondre.

~ Qu'est-ce que tu en penses, toi ? Est-ce que la fin justifie les moyens ?

Je commençais à comprendre le fond de sa question. Elle voulait certes connaitre mon avis, mais pas seulement. Il y avait un autre but derrière cs question et elle était lier au conte de Damoclès. Je ne comprenais pas tout encore, mais je finirais bien par trouver le fin mots de l'histoire. En attendant, je devais répondre en mon âme et conscience tout en restant honnête. Le plus dur serais de garder mon calme, car elle ne me quittait pas du regard, attendant ma réponse.


- Cela dépend se que l'on appelle une raison noble. Certaine mérite que l'on accomplisse des sacrifices parfois dur, mais je reste persuader qu'il ne faut recourir a ces atrocités que si tu na pas d'autre solution envisageable. Evidemment la noblesse de la raison dépendra essentiellement de la personne, car pour d'autre elle pourrait paraître obscure ou dénuer de sens.

A mon tour je bue une gorger de ma boisson maintenant froide. Cela m'arracha une petit rictus, mais je n'allais pas jeter ma boisson pour autant. Je ne put m’empêcher de repenser a mon enfance et aux épisodes douloureux. Qu'elle avait été leurs raison, pourquoi nous avaient-ils traiter ainsi, nous une bande de gosse. Leur raison était un rêve qu'ils voulaient accomplir et nous, nous en étions juste le moyen.

- Un rêve se doit d’être accomplis des mains de ceux qui veulent réaliser se rêve, qu'il soit noble ou non.

Je n'avais pas parler bien fort, me répondant presque à moi même. Vu la distance qui nous séparait Pandore et moi maintenant que je m'étais rassi a coté d'elle, elle m'avait évidemment entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Pandore
• Impératrice Désastre •
avatar

Impératrice Désastre


554 messages.
Inscrit le 14/08/2013.








Feuille de personnage
Age du Personnage: 25
Expérience:
117/100  (117/100)
Points de Réputations:
1110/10000  (1110/10000)



MessageSujet: Re: Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore) Lun 10 Mar - 11:37

Stephen répondit sans détour aux questions de son invitée. Pandore resta silencieuse un moment après cela, réfléchissant à des choses que personne dans ce hall de guilde ne pouvait soupçonner. Des choses qui lui aurait probablement valu un aller simple vers la prison du conseil magique.

Les yeux dans le vague, la blessée souriait doucement et se détendit parfaitement. Son aura indescriptible et parfois inquiétante sembla se muer en autre chose, ou peut-être tout simplement disparaître. Le bruit ambiant la dérangeait toujours mais en se focalisant sur sa discussion avec Stephen, elle avait réussi à s'enfermer dans une bulle qu'elle ne partageait qu'avec lui seul depuis qu'il s'était installé à côté d'elle.

Rares étaient ceux qui pouvaient se vanter d'avoir un jour eu ce privilège. Tous étaient morts à présent de la propre main de leur impératrice. Tous étaient morts pour l'avoir suivi et l'avoir protégé jusqu'à la fin.
Cette pensée assombrit un peu le regard de la belle d'une pluie amère qui fana son sourire et la laissa affaiblie. L'espace d'un instant, elle parut aussi fragile qu'une statue de cristal.

Comment une femme comme elle pouvait être l'impératrice désastre ? Un vrai paradoxe qui lui avait toujours servi pour semer le doute chez ses ennemis et forcer l'admiration, voir la fascination parmi ses alliés.
Et sans vraiment s'en rendre compte, elle empruntait la même attitude avec Stephen.

Le mage réussissait à gagner peu à peu sa confiance, raison de son changement de comportement.

- Un rêve se doit d’être accomplis des mains de ceux qui veulent réaliser se rêve, qu'il soit noble ou non.

Pandore sourit de nouveau, un sourire presque triste, avant de détacher une main de sa tasse pour la poser sur celle du chevalier. Un frisson remonta le long de son bras dès qu'elle sentit sa chaleur contre sa paume. Amicale, elle serra doucement sa main dans la sienne.

~ Ca ne fait aucun doute.

Qu'avait-il vécu pour dire une telle chose ? Pandore l'ignorait, évidemment, et elle aurait volontiers posé la question si elle n'avait pas remarqué la mine maussade du jeune homme quand il parlait. Chacun ses mauvais souvenirs apparemment. Alors la jeune femme n'insista pas, il s'était passé assez de mauvaises choses aujourd'hui pour ne pas en rajouter.

Au lieu de cela, elle termina sa tasse de chocolat, tout en cherchant un moyen de changer les idées à Stephen. Peut-être que...

~ C'est la première fois que je mets les pieds dans une guilde, avoua-t-elle. Ca m'intrigue...

Elle embrassa toute la salle du regard, la balayant comme si elle était vide, et que personne ne s'agitait à l'intérieur.

~ Tu penses que c'est possible de me faire visiter ?

Un moyen comme un autre pour essayer de fuir l'agitation de la pièce et assouvir sa curiosité. A quoi ressemblait vraiment cette guilde de barbares ? Et comment est-ce qu'ils pouvaient fonctionner au point d'être dans les plus grandes guildes légales de Fiore alors qu'ils ne semblaient être que des gamins qui avaient oublié de grandir.

Avant que Stephen ait le temps de répondre, deux adolescents en pleine chicane percutèrent la chaise de Pandore du pied. Rien de grave à priori, si ce n'est que la vibration de la chaise résonna dans le corps de la mage déjà bien amochée. Une vague de douleur la prit par surprise et lui coupa le souffle. Pandore se raidit bien que son visage restât impassible. Et elle réussit à masquer ainsi sa souffrance. Presque. Car sa main s'était refermée et crispée sur celle de Stephen.

Oups.

Quand elle s'en rendit compte après quelques instants, Pandore papillonna des paupières avec un air vaguement en pleine décomposition. Puis elle retira vivement sa main, en bafouillant quelques excuses, avec une gêne non feinte.

Oh si elle avait pu à ce moment, elle se serait volontiers liquéfiée pour disparaître, tellement elle se sentait bête. Très crédible pour une impératrice de faire ce genre de gaffe. Ah oui, vraiment...

__________
J'écris en #993366
J'ai 15 roses pourpres de la part d'Amano, Kirito, Captain, Yoshi, Azura, Wilya, Stephen, Anee, Krystale, Eiko & Hikari.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité.
Invité


messages.
Inscrit le .










MessageSujet: Re: Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore) Jeu 17 Avr - 10:04

Mes souvenirs me hantais toujours, mon enfance heureuse brisé par de sale type. Chaque nuit je voyais leur visage et ceux de mes compagnons. Je gardais tous cela pour moi sans jamais en parler au autres. Seule Mira connaissais un morceau de mon passé et encore, elle avait du m'arracher cette info de force. L'espace d'un instant, mon visage d'habitude radieux se mua en un masque de tristesse. C'était imperceptible sauf les quelques personne présente autour de moi. Je fis de mon mieux pour ne pas le montrer tout de même. Quand se masque de quelques secondes disparu, je reposais mon regard sur Pandore. Son regard, se fut comme un baume apaisant sur la blessure de mon cœur. Je ne savais pas se que j'y voyais, mais je sentais qu'une certaine intimité s'installait entre nous. Je sus qu'elle avait entendu tous se que j'avais dit juste avant quand elle posa sa main sur la mienne. Avait-elle compris se qu'y m'étais arriver plus jeune ?? J'en doutais. Sa main était froide, presque glacé et cela malgré la tasse brûlante que je lui avait ramener.

Le contact de sa main sur la mienne etait étrange. Le froid de sa paume se mariait parfaitement avec ma chaleur habituel, mais il n'y avait pas que cela. Se geste avait une autre signification, voire même plusieurs autres. En l'associant avec son sourire, on pouvait comprendre qu'elle compatissait ou comprenais que c'était difficile, que des souvenirs lointain avait laisser des marque dissimuler.

Elle referma doucement sa main sur la mienne se qui fit remonter un leger frisson le long de mon bras jusqu'à mon dos. Mon regard était maintenant pointer vers le sien et chacun pouvait lire dans les yeux de l'autre. Pour ma part, j'y voyais une certaine confiance et même une confidence.

"Rassure toi, tu n'est pas seul. J'ai aussi ma part de lourd secret dissimuler au fond de mon cœur."

Voila se que je lisais dans se regard triste et pourtant si beau. Je doit être étrange, car en venant ici tout le monde avait eu un peu peur de nous, ou plutôt de Pandore. Moi je ressent exactement le contraire sans pour autant expliquer cette sensation. Je ne la craint pas et je me sent même bien a ces coté.

Pandore détourna le regard pour récupérer sa tasse et la terminé. Le chocolat avait eu le temps de refroidir et donc elle ne se brûlait plus la main.

~ C'est la première fois que je mets les pieds dans une guilde. Ca m'intrigue...

Se changement de sujet ne me fit pas revenir à la réalité. Je dut mettre une petite minute avant de comprendre se qu'elle me disais et d'y répondre, quel idiot je fait moi parfois.

~ Tu penses que c'est possible de me faire visiter ?

En revenant à la réalité, je redevint le Stephen que tout le monde connaissais. Mon habituelle bonne humeur, ma... enfin vous avez compris. Je voulut me mettre debout pour lui répondre et l'invité à me suivre quand deux gamins turbulent passèrent à coter de nous en percutant la chaise de Pandore. Sur le coup, j'eu l'impression qu'elle n'y avait pas fait attention, mais je fut le seul a remarquer le léger, très léger rictus sur son visage. Pourquoi l'ais-je remarquer ?? Tout simplement a cause de la main de pandore qui tenait encore la mienne et qui vient de se crisper à cause de la douleur. Sur le coup j'avais pensé que ces douleur c'était calmé, mais non. Idiot idiot idiot !! Tu l’emmène ici pour le soigner et tu fait totalement autre chose !! Je ne put m’empêcher de sourire quand elle retira sa main en toute hâte et en bafouillant des excuses.


- Ne t'excuse pas, c'est plutôt à moi de te les présenter. Je t'avais emmener ici pour soigner ces blessures et j'ai totalement fait autres choses. En visitant la guilde, on s’arrêtera en premier à l'infirmerie pour soulager tes blessures.

Je me levais pour l'invité a faire de même, mais je me souvint d'un des point du règlement de la guilde concernant les visites. Je devais demander la permission à Erza avant de commencer la visite. Mon visage devint pale et la sueur commença a couler a grosse goutte. Je devais demander une permission à Erza, autrement dis me diriger vers la potence.

- Avant, je doit aller demander la permission à notre maître de guilde. Je serais de retour sous peu, enfin normalement.

D'un pas hésitant je me dirigeais vers Erza pour lui demander cette permission. Je dut faire marcher mon charme naturel pour qu'elle accepte. heureusement pour moi, Lisanna m'aida à la convaincre. je sentis son regard écrasent quand elle accepta enfin. Je savais bien que cela voulais dire que j'en subirais les conséquence au moindres problèmes. Après l'avoir remercier, je retournais vers la table et tendis ma main à Pandore tout en lui souriant.

- Nous pouvons y allez mademoiselle. Laissez moi vous guidez a travers notre humble guilde.

Comme à mon habitude, un vrai gentleman parfois un peu trop formel. Si elle le désirais, nous pourrions visiter certaine pièce de la guilde, mais pas tous les endroit évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Pandore
• Impératrice Désastre •
avatar

Impératrice Désastre


554 messages.
Inscrit le 14/08/2013.








Feuille de personnage
Age du Personnage: 25
Expérience:
117/100  (117/100)
Points de Réputations:
1110/10000  (1110/10000)



MessageSujet: Re: Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore) Lun 7 Juil - 1:40

La douleur se calma mais laissa Pandore aussi fragile qu'une feuille d'automne qui s'apprête à choir de son arbre. Un peu sonnée par la vibration cumulée de chaque petite plaie, la jeune femme ne comprit que vaguement ce que lui disait son hôte. Il s'excusait de quelque chose puis parla de visite et d'infirmerie. A partir de là, Pandore recréa le sens de la phrase, faute d'avoir tout saisi. Néanmoins, elle répondit au jeune homme par un sourire, comme si elle avait compris, juste avant qu'il ne s'esquive pour aller demander permission à son maître de guilde.

Maître de guilde. Ce fut peut-être cette appellation qui la remit d'aplomb. Retour aux choses sérieuses. Après tout, elle était là pour glaner des informations plus que pour écouter les histoires de Stephen. Sa présence tranquille et fraternelle près d'elle, le chocolat chaud et son histoire lui avait presque fait oublié la raison de sa venue ici. Pandore soupira doucement en se fustigeant pour sa faiblesse d'esprit.

Du regard, elle suivit Stephen jusqu'à une femme à la crinière enflammée. Les yeux marrons, elle décocha un regard méfiant à Pandore par dessus l'épaule du conteur, sembla réfléchir un moment et refuser. Là intervint une autre demoiselle, cheveux courts et blancs comme neige, elle ressemblait beaucoup à la barmaid d'ailleurs. Visiblement, elle prenait le partie de l'ancienne impératrice, comportement qui laissa cette dernière sceptique mais qui lui permit l'accès à l'infirmerie, ainsi qu'au reste de la guilde.

Elle le comprit au retour de Stephen, lequel lui offrait un magnifique sourire communicatif en lui tendant la main. Pandore en ressentit un certain soulagement et saisit cette main tendue sans se faire prier. Une fois debout, sa main quitta celle du jeune homme pour venir s'agripper à son bras. Après cet arrêt très agréable autour d'une table, les muscles de la jeune femme s'étaient refroidis, aussi se remettre en mouvement lui causait quelques difficultés. Elle boitait mais avec l'appui que lui offrait Stephen, elle pouvait se déplacer sans trop de peine bien que lentement à travers la salle principale de la guilde.

~ J'espère que ma présence ne te causera pas de soucis. Je ne voudrais pas m'imposer, ni que tu aies des problèmes pour m'avoir aidé, glissa-t-elle avec un peu d'inquiétude au chevalier après quelques pas.

Peu après, ils passèrent à côté de la maîtresse de guilde qui les suivait d'un regard peu engageant mais pas complètement hostile. Si Pandore ne semblait pas lui inspirer la moindre confiance, elle semblait compatir un peu à son état pitoyable. Sans doute se sentait-elle obligée de lui accorder au moins des soins avant de la mettre dehors. La fantomatique lui était reconnaissante de facilité ainsi sa tâche. Avec un maigre sourire, elle lui signifia sa gratitude.

Ce détail diplomatique réglé, Pandore put se consacrer pleinement à son compagnon qui adoptait avec beaucoup de sollicitude son rythme de limace endormie sans se plaindre de la lenteur de leur progression. Ils atteignirent finalement la sortie de la pièce et posa alors la question d'où aller.

~ J'ai cru entendre quelqu'un parler du toit de la guilde. On peut y accéder ? On doit avoir un superbe panorama sur la ville de là-haut...

Ne sachant pas si cela était possible et encore moins si Stephen avait envie de la traîner là-bas dans son état, la jeune femme se sentit obligée de rajouter :

~ … ou bien on va directement à l'infirmerie et je me fierais à tes talents d'orateur pour visualiser votre jolie guilde.

Et elle sourit, joyeuse.
Au final, peut-être que cet ajout lui plairait plus que de voir les lieux de ses propres yeux. Le choix revenait à son guide qu'elle ne voulait surtout pas importuner.

__________
J'écris en #993366
J'ai 15 roses pourpres de la part d'Amano, Kirito, Captain, Yoshi, Azura, Wilya, Stephen, Anee, Krystale, Eiko & Hikari.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité.
Invité


messages.
Inscrit le .










MessageSujet: Re: Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore) Sam 26 Juil - 17:29

Debout devant Pandore, j'attendais qu'elle me donne sa main se qu'elle fit avec un léger sourire qui fit monter un frisson dans mon dos. Son sourire était vraiment mignon. J'avais déjà trouver bon nombre de sourire mignon comme celui de Mira ou de Lisanna, mais aucun n'avait eu cette effet la. Le frisson s'estompa aussi rapidement qu'il était venu. Ma main toujours tendu, je refermais doucement mes doigts sur la main de Pandore quand elle attrapa la mienne pour se relever. Sa main, même si le chocolat l'avait réchauffer, était toujours froide. Ces gestes pour se lever furent doux et lent, se que je comprenais bien. Si elle allait plus vite, les petites blessures sur son corps la ferait souffrir. Patiemment, j'attendis qu'elle soit debout puis quand se fut le cas nous commençâmes notre progression vers l'infirmerie. J'avais été un peu surpris quand elle lâcha ma main pour s' agripper à mon bras. Même si je savais garder mon calme, une telle proximité devant tous le monde me mettait un peu mal à l'aise. Doucement nous nous dirigeâmes vers le fond du hall pour se diriger vers l'infirmerie.

~ J'espère que ma présence ne te causera pas de soucis. Je ne voudrais pas m'imposer, ni que tu aies des problèmes pour m'avoir aidé.

Son inquiétude pour moi me toucha et je me contentais de lui sourire tendrement pour lui faire comprendre qu'il n'y avait aucun soucis. En passant près d'Erza, je sentis son regard se poser sur nous et épier nos gestes. Dans toutes les situations, elle réussissais à me donner des sueurs froides. Nous n'étions pas loin du début du couloir qui marquait la sortie du hall, plus que quelques metre.

- Hey Stephen, je t'ai déjà dit que tu me rappelait notre bon vieux Loki ?

J’espérais éviter se genre de remarque, mais impossible d'y couper. Plusieurs autres membre assis a la même table que le rigolo éclatèrent de rire. Le plus important était de ne pas leur répondre. Avant que d'autre ne relance des blagues de se style, nous atteignîmes le couloir.

~ J'ai cru entendre quelqu'un parler du toit de la guilde. On peut y accéder ? On doit avoir un superbe panorama sur la ville de là-haut, ou bien on va directement à l'infirmerie et je me fierais à tes talents d'orateur pour visualiser votre jolie guilde.

Le toit de la guilde ?? Oui on pouvait très bien s'y rendre, mais dans son état sa allait plutôt être une séance de torture.


- Je veux bien t'y conduire et te peindre oralement se paysage tout en nous y rendant, mais il y a un bon nombre de marche et j'ai peur que cette escalade ne soit pas très agréable. Que pense tu de visiter rapidement l'infirmerie afin d'appliquer des bandages et des soin pour ensuite se rendre sur le toit ?

Je posais doucement ma main libre sur celle de Pandore qui était toujours agripper à mon bras. Je ne put m’empêcher d'admirer son visage joyeux pendant quelques seconde avant de reprendre.

- De toute façon milady, je suis votre guide et chevalier servant. Où que vous souhaitez allé, si je peu vous y emmener, je vous y conduirais.

Mon regard resta figé dans le sien pendant quelques seconde puis je retirais ma main de sur la sienne doucement en lui caressant le dos de la main. Je commençais à comprendre se que je ressentais et cela me fis sourire. Nous reprîmes ensuite la route en direction de l'infirmerie que nous finîmes par atteindre. La jeune personne qui s'occupait déjà d'un mage revenu sous peu de mission, se tourna vers nous et compris que Pandore avait besoin de soin urgent.
Revenir en haut Aller en bas
Pandore
• Impératrice Désastre •
avatar

Impératrice Désastre


554 messages.
Inscrit le 14/08/2013.








Feuille de personnage
Age du Personnage: 25
Expérience:
117/100  (117/100)
Points de Réputations:
1110/10000  (1110/10000)



MessageSujet: Re: Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore) Lun 1 Sep - 0:37

- [...]Que pense tu de visiter rapidement l'infirmerie afin d'appliquer des bandages et des soin pour ensuite se rendre sur le toit ?  

Un petit sourire amer traça une ligne ascendante sur le visage pâle de la jeune femme. Oui, elle était vraiment dans un état pathétique, mise K.O. par des idiots ivres et quelques plaies superficielles. Dangereuses non, mais pour son corps fragile, c'était épuisant. Or une Pandore épuisée est une Pandore morne et de très mauvaise compagnie.

Cependant son regard contenait quelques étincelles de gratitude et de plaisir non feints qu'elle offrit volontiers à Stephen.

~ Je ne pourrais souhaité de meilleur programme.

Quand leurs regards se séparèrent, la belle sentit soudain le froid prendre possession de sa main, alors qu'un frisson courut le long de son bras. Un rapide coup d'oeil lui fit comprendre que le conteur venait de se séparer de sa main dans un geste tendre et mesuré. Ce n'était donc pas le froid qu'elle sentait mais l'absence de vie que lui avait communiqué la paume tiède du jeune homme.
En d'autres circonstances, peut-être aurait rattrapé convulsivement sa main pour la serrer dans la sienne comme le plus précieux des joyaux. Elle se souvenait l'avoir déjà fait avant son long sommeil avec eux. Elle se souvenait de leur surprise face à son empressement. Mais tous ses souvenirs ne pouvaient égaler la sensation qu'une peau contre la sienne lui procurait toujours. La brûlure sur le marbre de ses doigts, la pulsation forte du sang contre la pierre de sa chair...

Elle soupira doucement alors qu'ils arrivaient enfin devant la porte de l'infirmerie. Son corps reposait contre celui de Stephen. Peut-être un peu trop ? Qu'importait. Sa peau coupée était par trop désagréable pour que l'impératrice se soucie de l'image qu'elle pouvait donner à une infirmière et ses patients. Quant au conteur, si la situation semblait l'avoir vaguement gêné dans la salle commune, Pandore n'avait rien remarqué d'autre sur le trajet. Elle s'excuserait si elle constatait de l'embarras plus tard, quand elle n'aurait plus l'impression d'être tiraillée dans tous les sens.

~ Bonsoir...

L'infirmière n'avait pas entendu cette salutation hésitante pour faire signe à Stephen d'installer la blessée sur le lit le plus proche et de le chasser pour préserver la pudeur de sa patiente le temps de l'examiner et de soigner ses blessures.
Pudeur qui amusa Pandore. Elle haussa les épaules pour signaler son impuissance au jeune homme, rendant les précautions d'usage de l'infirmière légèrement grotesque.

~ Ne pars pas trop loin, on ne sait jamais, ne put-elle s'empêcher de plaisanter, provoquant les protestations de la part de sa soignante.

Quel culot quand même. Remettre en cause les capacités du personnel médical alors qu'il se pliait en quatre pour la prendre en charge rapidement...

Après une bonne dizaines de minutes, le rideau s'ouvrit enfin sur une Pandore assise au bord de son lit, le dos bien droit, en plein examen du dernier pansement qu'on lui avait posé. Dégageant d'un geste gracieux ses cheveux dans son dos, l'impératrice se leva avec la prudence d'un chat face à un récipient plein d'eau.

A son plus grand soulagement, ses mouvements ne lui faisaient plus mal. Certains de ses gestes restaient prudents et manquaient de fluidité mais dans l'ensemble, elle semblait beaucoup plus tranquille. Peut-être un peu absente aussi, comme si le blanc des draps l'avait anesthésiée, ce qui n'était pas très loin de la vérité.

Mais quand son regard tomba sur Stephen, elle sembla sortir un peu de sa léthargie et se dirigea droit sur lui pour saisir sa main dans la sienne avec l'assurance d'une enfant en plein caprice. Sur son visage pouvait d'ailleurs se lire un "je veux" en lettre capitale. Et il aurait été criminel de le lui refuser en sachant que ce simple contact lui tirait un si plaisant sourire.

~ Merci de m'avoir attendue.

Après avoir salué et remercié l'infirmière, la fantomatique quitta la pièce en tenant fermement Stephen entre ses griffes. Et de nouveau seuls dans les couloirs, elle lui glissa simplement :

~ Si mes caprices t'embêtent, dis le moi.

Le ton était quelque peu impérieux, superbe, mais le regard qu'elle lui décocha n'était rien d'autre qu'une invitation à lui rendre la pareille. Quand le silence les entoura, elle garda les lèvres closes, attendant seulement que Stephen la conduise où il le voulait bien.

__________
J'écris en #993366
J'ai 15 roses pourpres de la part d'Amano, Kirito, Captain, Yoshi, Azura, Wilya, Stephen, Anee, Krystale, Eiko & Hikari.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité.
Invité


messages.
Inscrit le .










MessageSujet: Re: Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore) Jeu 11 Sep - 16:26

Malgré la froideur, encore inexpliquée pour moi, de sa peau, le contact que j'entretenais avec Pandore était des plus agréable. Jusqu'à l'infirmerie elle avait été collé à moi de manière que l'on aurait put croire qu'elle et moi nous connaissions depuis assez longtemps. Pourtant notre rencontrer remontais maintenant a quelques heures seulement, et quel rencontre. Cela avait été une des rares fois ou j'avais eu l'opportunité de jouer au héros en la sauvant des voyous qui l'avait attaqué. Franchement c'est honteux de s'attaquer à plusieurs à une personne seule et cela même si elle est clairement en mesure de se défendre. Malgré le  fait que je n'étais pas un des meilleurs mage de Fairy Tail, j'avais réussi à les faire fuir avant de conduire cette demoiselle en détresse en lieu sur.

Maintenant que nous étions parvenu à l'infirmerie, après une pause détente autour de boisson chaude et d'une représentation de fortune d'un conte, notre infirmière allait pouvoir s'occuper des multiple blessure de Pandore. Je m'en veux encore de ne pas l'avoir conduit la-bas en premier. La pause détente pouvait bien attendre un peu. Enfin si je ne me trompe pas, cela avait découler d'un petit caprice de la dite grande blesser. Des petits caprices, Pandore en avait formuler quelques un depuis le début et je ne m'en étais pas plaint. Pourquoi ?? Simplement parce-que cela me faisais plaisir de lui faire plaisir. En entrant dans l'infirmerie, Pandore ne sembla pas être très rassurer et son petit "bonsoir" hésitant ne fit que confirmer cela. Pour ne rien arranger, l'infirmière ne répondit pas et me montra un lit pour que je puisse installer sa future patiente. Quand cela fut fait, on me fit signe de disposer se qui était effectivement normal. Je n'allais pas rester pendant que l'infirmière repérait toutes les blessures sur tous le corps de Pandore. Je m’apprêtais a m'éloigner rapidement quand elle haussa les épaule en me regardant.

~ Ne pars pas trop loin, on ne sait jamais.

Heureusement que c'était une plaisanterie, sinon l'infirmière ne se serait pas contenter de rouspéter. Le rideau fut tirer entre nous et je dus patienter en me posant dos contre le mur. Pendant dix minute je ne put m’empêcher de revoir dans ma tête les discrets sourires de Pandore pendant que nous parlions. La seule fois ou j'avais vu un sourire pareil, c'était dans le cachot ou j'étais enfermer étant enfant avec les autres. Quand je racontais mes histoires, presque tous m'écoutaient et parmi eux, une des filles du groupe me regardait toujours droit dans les yeux tout en me souriant. Pendant l'espace d'une instant elle oubliait la souffrance, la peur et pouvais se permettre de rêver à des jours meilleurs. Le regard de Pandore n'est pas totalement le même, mais son sourire est identique à celui de cette jeune fille. Le rideau fut tirer et en même temps me sortie de mes pensées. Je me redressais et admira le travail de notre doctoresse. Bon nombre de pansements étaient présent, mais maintenant la douleur ne tiraillera plus Pandore à chaque mouvement. Elle semblait soulager, comme sortant tout juste d'un sommeil apaisant. Cette état léthargique prit fin quand son regard croisa le miens et aussitôt elle avança vers et attrapa ma main.

~ Merci de m'avoir attendue.

Je voulus lui répondre, mais son regard et sa petite moue enfantine me fit avoir le même flashback de quelques minute auparavant, se qui me fis perdre mes mots. Le drame pour un conteur, perdre ces mots. Heureusement pour moi je pus rapidement me ressaisir.


- Je n'allais pas te laisser ici seule, se ne serait pas digne d'un chevalier servant.

L'infirmière tiqua en entendant mes mots, mais ne répliqua rien. Après un rapide au-revoir, nous quittâmes l'infirmerie pour marcher tranquillement en direction du toit. Elle m'avait demander si nous pouvions nous y rendre et que je sache cela n'est pas une zone interdite. Pendant cette marche, Pandore resta agripper à moi, bien qu'elle puisse marcher seule. Je ne m'en plaignais pas, bien au contraire. Se contact était doux, bien que froid et pourtant cela n'avait rien de désagréable.

~ Si mes caprices t'embêtent, dis le moi.

Pour ne rien cacher je fus un peu surpris de cette remarque. Je n'avais pas montrer signe de mécontentement ou d'impatience envers ces caprices qui ne me semblais pas abusé.


- Si tes caprices m'avais embêté, je ne t'aurais pas servis de chocolat viennois et nous n'aurions pas pris depuis quelques minute le chemin menant au toit de la guilde. Pour ne rien te cacher, cela me fais plaisir de te voir sourire. Cela prouve que je tient bien mon rôle de chevalier servant.

J'avais resserrer doucement ma main sur la sienne en lui répondant. Vraiment c'était à ni rien comprendre. Nous nous connaissions peu et seulement depuis quelques heures et pourtant je me sentais parfaitement bien à ces cotés. Cela n'avais rien a voir avec se que je ressentais quand je passais du temps au coté de Mirajanne ou Lisanna. C'était bien plus fort et pourtant totalement différent. Impossible de le décrire exactement. Nos pas nous menèrent finalement à l'escalier en colimaçon qui conduisait à l'étage et enfin au toit. S’arrêter à l'étage était impossible, mais le toit je pouvais y conduire Pandore. Je gardais le silence pendant les première marche et entrepris ensuite de lui décrire le paysage qu'elle allait entrevoir. Je ne savais pas du tout l'heure qu'il était par contre donc j'allais devoir improviser.

- Imagine observer une ville aussi vivante qu'une fourmilière. Tu observe cette ville d'assez haut pour pouvoir l'observer en entière et également voir les alentours. De ton observatoire, tu peu apercevoir de nombreux cours d'eau qui divise la ville en plusieurs quartiers. Sur ces cours d'eaux se trouve des gondoles ou de jeune couples s'enlace tendrement. Il y aussi de vieux marin, des loups de mers qui arpente les canaux en direction de la mer pour aller chercher de nouvelles cargaison.

Nous avions maintenant atteint l'étage ou nous ne pouvions pas accéder avant d’être rang S. Heureusement que cette règle à été modifier, car pour lire tranquillement quand ils se chamaille, il faut pouvoir s'éclipser autre part que au rez de chausser.

- Maintenant imagine en face de toi au loin une immense battisse au toit pointu comme des fer de lance. Cette cathédrale possède plusieurs cloches qui résonne à travers la ville. Cette belle ville est également en bordure de la mer qui s'étend à perte de vue. A la limite entre ces deux mondes que sont la terre et la mer se trouve un des seuls lieux de plaisance ou petits et grands peuvent jouer ensemble et oublier les moments sombres qui les attendent.

Malgré les soins apporter par l'infirmière, je sentais bien que l’ascension de cet escalier rude était un peu difficile. Nous n'avancions pas trop vite se qui me permettais de décrire à Pandore le paysage. J'avais l'impression de décrire un tableau, mais le voir de ces propre yeux était encore plus beau. Quel dommage par contre que l'on ne soit pas lors d'un jour de fête, Magnolia est encore plus belle ces jours la.

- De chaque coté de la ville se trouve de majestueux pic qui serve de rempart naturel à cette magnifique cité. Cependant, à mes yeux l'endroit le plus inoubliable de Magnolia c'est le parc ou se dresse le majestueux cerisier Arc-en-Ciel. Quand il fleuris, sont feuillage prend les couleurs d'un arc en ciel et illumine toute la ville. La ville tout entière célèbre cette floraison et donne une grande fête. La ville est sans aucun doute à l'apogée de sa beauté lors de cette fête.

Tout le long j'avais parler avec des émotions diverses, rendant vivant autant que possible cette description. Sans me cacher, j'avais plusieurs fois chercher le regard de Pandore lors de mon récit et ma main avait serrer tendrement la sienne, ne voulant pour rien au monde perdre se contact si agréable. Nous finîmes par attendre le toit de la guilde. Pour ne rien gâcher au plaisir de Pandore, je gardais maintenant le silence, la laissant savourer le paysage, tout comme je l'avais fait à mon entrer dans la guilde plusieurs années auparavant.

Magnolia:
 
Revenir en haut Aller en bas
Pandore
• Impératrice Désastre •
avatar

Impératrice Désastre


554 messages.
Inscrit le 14/08/2013.








Feuille de personnage
Age du Personnage: 25
Expérience:
117/100  (117/100)
Points de Réputations:
1110/10000  (1110/10000)



MessageSujet: Re: Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore) Dim 14 Sep - 12:58

- [...]Cela prouve que je tiens bien mon rôle de chevalier servant. 

Cette phrase occulta toutes les autres. Une sensation de déjà vu. Bien avant sa capture et son sommeil forcé, quelqu'un lui avait déjà tenu ce discours. Je serais votre chevalier servant, Impératrice de mon coeur. Son visage n'était plus qu'une vague illusion dans l'esprit de Pandore, une ombre qu'elle pensait verrouillée à double tour dans le fond de son coeur. Pourtant Stephen réussit en une phrase à faire voler tous les cadenas et les chaînes qui maintenait se souvenir endormi et la douleur qui y était associée. Lui, comme tous les autres, était mort pour elle. Par elle.

Stephen serra doucement sa main, comme s'il était capable de suivre le cours de ses pensées. Il pressait sa main mais c'était son coeur qui allait éclater. Pandore se détourna, cachant habilement son visage au jeune  homme le temps de chasser l'éclat des larmes qui lui montaient aux yeux. Respire, ma grande. Respire et calme-toi. Ce n'est ni le lieu, ni le moment de flancher, se répétait-elle sans discontinuer.

Ce ne fut qu'en se concentrant sur le récit de Stephen que peu à peu, elle parvint à chasser l'ombre de son paysage. Quand elle se calma enfin, sa main se détendit doucement dans celle du jeune homme et elle comprit alors que son trouble n'avait eu que peu de chance de passer inaperçu. Exactement comme dans la salle quand les enfants avaient butté dans sa chaise. Etait-elle devenue faible au point de ne même plus contrôler son corps ? La colère succéda à cette prise de conscience et pour la énième fois depuis son réveil, Pandore maudit le Conseil et ses méthodes.

Reprenant du poil de la bête, la jeune femme remarqua qu'ils venaient de passer un étage à la porte fermée. Sa curiosité la poussa à questionner son guide sur ce que cela cachait. Elle leva les yeux vers lui mais la bienveillance et la tendresse qu'elle lut dans son regard lui coupa le sifflet bien mieux que les plus habiles remontrances. Elle ne pouvait pas se permettre de troubler ce regard si agréable posé sur elle. Elle ne le voulait pas. Depuis son réveil, Stephen était ce qui se rapprochait le plus d'une personne de confiance. Il semblait droit, il avait prouvé à plusieurs reprises qu'il savait anticiper et satisfaire ses exigences comme s'il s'agissait d'évidences et par-dessus tout, elle semblait produire sur lui l'attraction qu'elle avait autrefois sur sa famille.  

Finalement, elle se contenta de sourire en l'écoutant décrire la ville. Il racontait tout cela avec un tel enthousiasme qu'il aurait été difficile de faire autre chose que sourire et suivre sa voix. La paysage se construisait petit à petit et chaque nouveau mot était comme une ligne ou une couleur de plus sur le tableau final. Et comme prévu, la réalité était bien décevante par rapport à la puissance des mots de Stephen.

Dès qu'ils franchirent la dernière marche pour arriver sur le toit, Pandore entraîna le jeune homme tout au bord, là où une balustrade empêchait les plus maladroits de tomber. Le panorama qui s'offrait à sa vue n'avait rien d'extraordinaire. Des toits et des rues avec son lot de fourmis humaines et de bruits incessants étouffés par leur position privilégiée et le souffle du vent. En cinquante ans, Magnolia avait quelque peu changé. Pandore se remémora les plans de la ville telle qu'elle l'avait connu et y apporta les modifications qu'elle pouvait voir désormais. Une fois au calme, elle n'aurait plus qu'à retranscrire ça à la main.  

~ Je préférais le Magnolia que tu me décrivais que celui que j'ai sous les yeux.

Pandore se tourna vers Stephen. Elle s'adossa précautionneusement contre la balustrade et joua avec les doigts du mage entre ses deux mains. Il n'imaginait pas à quel point ce genre de contact pouvait plaire à l'impératrice. Personne n'y songeait jamais avant de connaître son état et elle n'en faisait jamais étalage, bien que son corps la trahisse souvent sans lui demander son autorisation.

La jeune femme garda le silence pendant qu'elle triturait la main de Stephen, tantôt caressant sa peau du bout du doigt en suivant le tracé d'une veine, tantôt cherchant simplement sa chaleur pour réchauffer ses mains froides et pâle de morte en sursit. Mais son esprit vaquait ailleurs et à des tâches bien moins anodines. Pandore débattait avec elle-même, réfléchissait et semblait avoir du mal à se décider. Le mouvement de ses doigts trahissait son état d'esprit à chaque seconde bien mieux que des paroles pour qui comprenait le langage corporel avec une certaine finesse.

Les secondes s'égrainèrent sur cette attente pénible. Que dois-je faire ? disait sans cesse son regard à moitié perdu dans le vague. Et soudain, alors que rien dans son attitude n'annonçait la fin de ses tergiversations, la dame se décolla de la balustrade, franchit le pas qui séparait son corps de celui de Stephen et posa délicatement sa joue contre son coeur. Elle espérait l'entendre battre vite et fort près de son oreille, sentir toute sa force et sa frénésie après son geste imprévu. Elle noua avec nonchalance les bras autour de la taille de Stephen, les posant plus contre ses hanches que l'étreignant réellement. Elle voulait seulement s'enivrer de la vie qui s'écoulait naturellement dans le corps du conteur, égoïstement, profitant des signes d'affection qu'il lui avait communiqué pour diminuer les risques de se faire écarter sans sommation.

~ Aujourd'hui je suis faible, mais il n'en a pas toujours été ainsi. Sa voix n'était que murmure. Je compte bien redevenir la mage que j'étais, mais je sais que je n'y arriverais pas seule. Voudrais-tu... m'aider ?

S'il fallait donner un nom au jeu auquel Pandore jouait ce serait Manipulation. Tous les éléments étaient réunis pour piéger Stephen. Pandore, si elle agissait sans mentir avec le jeune homme n'était pas innocente et elle jouait sciemment avec lui. Cela dit, ce jeu-ci n'était pouvait être agréable pour les deux partis.

__________
J'écris en #993366
J'ai 15 roses pourpres de la part d'Amano, Kirito, Captain, Yoshi, Azura, Wilya, Stephen, Anee, Krystale, Eiko & Hikari.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé.


messages.
Inscrit le .










MessageSujet: Re: Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore)

Revenir en haut Aller en bas

Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore)
» Quand le loup arrive dans la bergerie [Topic terminé]
» Kit de loup
» Qui craint le grand méchant loup ?
» Awouuuuuu ! [Anton]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fiore no Shin'nyuu :: La Ville de Magnolia :: Magnolia :: La Guilde de Fairy Tail-