Reboot du plus vieux forum RPG sur Fairy Tail de France, je parle bien sûr de Fairy Tail World RPG
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Vampiriser le Savoir [PV : Aslinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Hélios S. Risen
The Crimson Calamity
avatar

The Crimson Calamity


33 messages.
Inscrit le 26/11/2014.








Feuille de personnage
Age du Personnage: 21
Expérience:
200/400  (200/400)
Points de Réputations:
1088/10000  (1088/10000)



MessageSujet: Vampiriser le Savoir [PV : Aslinn] Jeu 5 Fév - 18:05



feat. Aslinn Gwalchgwenn


Vampiriser le Savoir

Fiery Contemplation


“Il y avait le feu, et rien que le feu.”

Dark on Me by Starset on Grooveshark










Le corps s’affaissa mollement. Complètement détendu, sans aucun signal nerveux pour lui insuffler l’étincelle de la vie. Comme un mollusque flasque et incapable, l’homme se mit à pendre lamentablement. Sous l’action de ce poids mort, la main encore brûlante d’Hélios céda et laissa la dépouille tomber au sol. Sinistre patchwork bleu, violacé, rouge et noir, la peau du pouacre portait les marques d’un puissant étranglement par un gant de fait de flammes.
Jusqu’au bout, l’assassin avait regardé sa victime dans les yeux... Comme pour aspirer sa force vitale à travers le regard...
Au fond de ces pupilles écarquillées, Risen avait successivement vu l’âme révoltée, l’âme effrayée et l’âme qui abandonnait. Qui abandonnait faiblement. Comme l’on pouvait s’y attendre d’un misérable de la sorte, paré de sa médiocrité… Un énième sot ayant cru pouvoir échapper à ses créanciers. Bêtise crasse que voilà. Un homme avisé savait que l’argent motivait la plupart de ses semblables plus que toute autre chose. Les richesses intellectuelles avaient depuis bien longtemps été balayées par un matérialisme bas et abject dans lequel les mortels se complaisaient. Un bain de petitesse où chacun diluait les saletés dont il était couvert.
Lamentable.

Hélios regarda un instant le cadavre étalé sur le sol. Le visage bleui du trépassé avait atterri sur le métal froid dont étaient gainées les chaussures de son assassin. Comme s’il tentait, même après avoir dépassé le point de non-retour, d’implorer la pitié de la Crimson Calamity. Cette dernière sentit ses lèvres se soulever pour afficher le profond dégoût qu’elle ressentait devant une telle scène. D’un geste du pied, le psychopathe dégagea la répugnante tête osant le toucher. Celle-ci tourna sur le côté en retombant sur le parquet impeccable.
L’Oracion Seis n’avait même pas eu à se battre. La cupide créature, couarde, avait tout d’abord tenté de conclure un marché avec le mage de feu. Mais celui-ci, stoïque, n’avait que légèrement sourit à l’entente de cette offre. La saisissant à la gorge, cette maigre chose, il l’avait soulevée et commencé à la serrer tout en transformant sa main en instrument de mort ; en étau ardent. Après avoir crié, demandé pitié, proposé des offres folles, la victime avait fini par abandonner sans opposer de résistance.
Voilà un rebut ayant mérité son exécution. Purgé de ce comédon, de ce parasite avilissant, le monde ne s’en porterait que mieux.    



Désormais, le mort semblait fixer Hélios de son regard vide de tout. L'on aurait pu placer deux cailloux à la place de cette paire d'yeux, l’impassible jeune homme n'aurait pas remarqué l'ombre d'une différence.
Il se pencha sur le cadavre, faisant craquer les tissus dont il était vêtu. D'une main profanatrice, il saisit la bourse bien remplie que possédait sa victime. Le Général d'Oracion Seis haussa un sourcil lorsqu'il soupesa cette masse d'argent... Il y avait là de quoi subvenir à ses besoins durant des mois, assurément. Mais le bâtard d'une prostituée qu'Hélios était se fichait des Jewels. Non, tout ce qui l'intéressait, c'était le puissance et la liberté. À l'image de sa guilde, le mage noir en aurait fait un bon ambassadeur... Quoique la diplomatie n'était pas vraiment son fort. La Crimson Calamity s'exprimait avec ses poings, s'exprimait à l'aide de vitriol ou ne s'exprimait pas. Une définition caricaturale, certes, mais peu éloignée de la vérité...

Après avoir passé cinq doigts las dans sa chevelure blanche, le Pourfendeur avisa le décor dans lequel il évoluait par le biais d'une fenêtre. Le soleil commençait à glisser, las, vers l'horizon, entamant un énième plongeon dans par-delà le monde. En bas, derrière une petite succession de toits mornes et fumants, la Forêt des Neiges Éternelles se dressait. Sa funeste blancheur contrastait avec la modeste noirceur du fief d'Ultima Nova. Éclairé par la mortifère lueur, le paysage semblait se décomposer, s'évanouir comme quelque rêve évanescent.

Déjà peu expressif, le visage d'Hélios perdit toute trace d'humanité. Devenu golem de chair, statue à peine animée, il pensa, comme chaque soir :


*Quand le soleil disparaît, l'innocence fait de même... *

L'être de marbre et d'améthyste se détourna, marcha sur le cadavre et sortit de la pièce. Dans l'ombre du couloir où l'on n'apercevait que sa crinière de soie, il tendit son bras vers l'arrière. Ce dernier s'illumina, des flammes se mirent à courir dessus avec de rauques grognements. Tout en marchant, face rivée vers le sol, le pyromane libéra un éclat d'Enfer. La maisonnée en fut violemment éclairée, la lumière traversant les vitres comme un javelot bien lancé transperce sa cible.
La calamité franchit l’huis luisant, lui permettant d’émettre nuisance sonore en grinçant. Le vent charriait d'ores et déjà une forte odeur de brûlé alors que le feu se propageait dans l'habitation. Personne ne réagit, personne ne vint au secours du potentiel habitant piégé dans la fournaise... Personne n’était entré dans la petite rue en marge des autres ramifications citadines. Après tout, Era, depuis la destitution du Conseil, n'était plus que la capitale dévastée du chaos. Symbole de la libération, la ville était appréciée de l'Oracion Seis...
La Basse-Ville, déjà dépeuplée, n’était encore habitée que par la lie de l’humanité. Fort heureusement pour le taux de mortalité de la cité, le mage noir ne comptait pas s’y enfoncer. Si ça avait été le cas, Ultima Nova aurait été obligée d’intervenir pour calmer le fauteur de troubles. Du reste, cette dernière avait perdu de son aura. Étrangement discrète, l’organisation semblait se retirer derrière un voile de circonspection. Mais peut-être n’était-ce que pour mieux surprendre plus tard…? D’aucuns n’auraient su le dire. Et le Fire Dragon Slayer en faisait partie, assurément. Aussi, cela ne l’importait, au final, que peu.

Un soupçon de mélancolie, plus subtil que toute autre subtilité, se noya dans les froids océans emplissant les orbites du dragon par trois fois brisé. Envolé, le sourire en coin. Fracassée, l’âme de combattant. Emmuré, l’esprit.
Emmuré dans un passé sombre, emmuré dans des souvenirs tourmenteurs, emmuré dans un compartiment psychique. Au plus profond de tout ce que l’on peut imaginer, au plus profond de la conscience, le petit bâtard se trouvait dans une pièce. Et, inlassablement, on lui répétait une même phrase rituelle. Des réminiscences de souffrance tourbillonnaient silencieusement autour de l’être passé. Comme chaque soir, elles transcendaient temps et espace pour venir étreindre leur cible. Inlassablement. Un harcèlement. Un acharnement. Mais le Général d’Oracion Seis y était habitué. Finis les plaintes et les regrets. Tout ce qu’il avait à faire, c’était en attendre la fin. Et subir.

Il passa le portail défoncé de la maison, et s’assit au milieu de la rue, en tailleur. L’incendie prit rapidement de l’ampleur et la demeure le vomit. Des flammes dansantes, exécutant un ballet festif, s’élancèrent à l’assaut du monde. Le ciel, elles rêvaient d’atteindre. Leur frénésie ardente, elles voulaient démultiplier.  Les Hommes, elles voulaient hypnotiser.
Hélios se complaisait à penser cela. Il l’avait toujours pensé, à vrai dire. Dans ses yeux vides, il laissait son élément s’introduire, subjuguant son âme. Comme un serpent obéissant à un charmeur n’ayant même plus besoin de charmer, le brasier décrivait des arabesques, se produisait en spectacle. Il y avait la chaleur, il y avait l’odeur de brûlé, il y avait le crépitement des langues infernales, il y avait leur flamboyance.
Il y avait le feu, et rien que le feu.
Et puis, léger, inconsistant, ce petit goût de tristesse. Ça et cette lueur malheureuse, timide point illuminant d’un morne éclat les abysses impitoyables desquels jaillissait un regard si froid…

Le temps passa sans que l’on puisse le remarquer, comme à son habitude. Les dernières braises rougeoyaient encore sur la face noircie de la maison brûlée lorsque la Crimson Calamity sortit de son étrange torpeur. Elle leva les yeux vers le ciel. La nuit venait de tomber. Le crépuscule était passé en même temps que sa mélancolie. Hélios allait devoir rentrer au Manoir. Après s’être relevé, il tira sur sa manche droite et  passa son doigt sur la marque d’Oracion Seis inscrite à l’intérieur de son avant-bras, comme s’il la retraçait. Le coin de ses lèvres s’étira…

Soudain, ses sens exacerbés revinrent. Et son flair draconique l’informa d’une odeur inconnue, humaine. Le sourire s’effaça. La tête coiffée de blanc se tourna vers la provenance de la fragrance. Une silhouette féminine était là. Il tenta de deviner les traits de son visage mais en fut empêché par l’obscurité. Alors, il invoqua un Fire Bulb qui resta quelques instants au creux de sa main avant de se mettre à flotter paresseusement et de s’arrêter entre les deux personnages.
Sans rien dire, le porteur de lacryma se contenta de fixer l’inconnue, légèrement curieux de savoir ce qu’elle allait faire.




© Code de Anéa pour N-U



HRP:
 

__________

Mes sarcasmes sont en #6600CC.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vampiriser le Savoir [PV : Aslinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les expressions et vocabulaire à savoir par votre perso
» La Tour du Savoir
» question sur : le savoir construit les hommezs
» Dans la vie , il est important de savoir perdre que de savoir gagner. A 70 ans ,
» Le journal d'Aslinn.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fiore no Shin'nyuu :: La Ville d'Era :: Les Alentours :: Basse-Ville-